Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 22:44

francmac.jpg

Montage emprunté à Arrêt sur images (cliquer sur l'image, vous aurez en prime un peu de Nel Obs)

 

La presse en général et les hebdos en particulier font une culture intensive des marronniers. Certains ne fleurissent qu’à une certaine saison – ainsi la parution des indicateurs du bac par le ministère, fait fleurir les « palmarès » et les éternelles interrogations sur la mort du bac – mais d’autres sont d’une espèce robuste qui peut naître et renaître à n’importe quel moment de l’année. « Dites les gâs, nos lecteurs en ont peut-être marre du Hollande bashing et si on leur resservait à la sauce franc-maçonne ? » a dû dire le patron du Figaro. On a donc eu droit à une « Hollande : un président très entouré de francs-maçons » avec une belle infographie et un article de fond du fond « Le nouveau pouvoir des francs-maçons ».

 

Les titres sont un peu décevants. Bien loin d’un Léo Taxil, fustigeant la franc-maçonnerie luciférienne et décrivant un culte de Baphomet dans les loges et dont le chef suprême, Albert Pike, rencontrait Lucifer tous les vendredi à trois heures. Même pas à la hauteur de FOG qui dans Le Point titre sur « La main invisible » ou « Les infiltrés », voire L’Express qui nous révélait, il y a peu, comment la Franc-maçonnerie « manipulait les candidats à la présidentielle ». Eh oui, même Bayrou ?

 

francmac3.jpg  Les francs-maçons ? Ils sont partout, jusqu’au cœur de l’Etat.Ainsi démarrait un article du Point sur « Les francs-maçons de Sarkozy » où l’on apprenait que Xavier Bertrand est membre du Grand Orient, ce qui suscitera, dit-on, ce bon mot de François Fillon : « Je ne suis pas étonné de le découvrir maçon ; mais franc, cela m’en bouche un coin... ». Et, Raffarin aurait avoué : « Jamais je n’aurais pensé que les francs-maçons étaient aussi puissants ! ».  

En vedette bien sûr, Alain Bauer, ex-Grand Maître du Grand Orient passé à droite (ce qui est rare, mais le père de F. Baroin, qui fut aussi Grand Maître du GO était de droite).

Les francs-maçons, d’après Le Point, auraient des sortes de fiefs. Ainsi auraient-ils fait échouer la nomination de Francis Mer à EDF un de leurs « bastions ». Sauf qu’on nous conte ensuite la nomination comme Président de la cour de cassation - « Etat maçonnique miniature » - d’un magistrat non seulement non maçon, mais un des rares, dans ce microcosme, à détester ouvertement les francs-maçons. Mieux encore, Augustin de Romanet, nommé à la tête de la Caisse des dépôts en 2007, énarque catholique tout en rondeur, vire Dominique Marcel, le numéro deux et ex-dir cab de Martine Aubry, et supposé initié. Cette exclusion provoque un tollé écrit sans rire Le Point, mettant les protestations sur le compte de la fameuse solidarité maçonnique, alors que l’opération relève assez clairement de la chasse à la gauche. Et les deux exemples démontrent exactement le contraire de ce qu’ils sont censés illustrer : la forte influence de la maçonnerie, ou plutôt celle du GO. Car le personnel politique de droite peut compter sur des frères d’autres obédiences dites spiritualistes (et dans certains cas, notamment dans le Sud-Est, plutôt affairistes).

hollande-francs-macons.jpg

Pour Le Figaro – qui n’a pas dû lire Le Point en 2009 – « Le retour aux affaires des socialistes, après dix ans d'absence, est une excellente nouvelle pour les obédiences maçonniques, au premier rang desquelles le Grand Orient de France… ». L’infographie ne démontre pas cependant un raz-de-marée de frères alain-bauer.jpgou sœurs trois points au sommet de l’état. Mais l’insubmersible Alain Bauer y apparaît, comme ami de Valls. Des noms sont lancés de présumés francs-maçons. Des ministres démentent, Valls ne cache pas qu’il a été initié, mais a quitté le GO en 1996, faute de temps et d’intérêt. D’autres bottent en touche, ce qui est évidemment mis sur le compte du secret maçonnique. Le prix du démenti revient à Aquilino Morelle, conseiller de l’Elysée, prétendument initié au GO : «Je n'ai jamais été initié, si ce n'est par quelques jeunes femmes, il y a déjà malheureusement trop longtemps...».

 

francmac_tabliers.jpg Ce secret maçonnique autorise toutes les insinuations. «L'influence des maçons se développe de manière diffuse, par capillarité, parce qu'on retrouve beaucoup de frères dans les cabinets ministériels, les administrations et les milieux politiques», fait-on dire à Emmanuel Pierrat, un avocat initié au GO (traître à la cause ?). Et tous les poncifs ressortent : connivences nées dans les loges + solidarité obligée + secret = copinage invisible et échanges de petits services.

Sauf que si Christian Forestier, ancien recteur, directeur du cabinet de Jack Lang de 2000 à 2002, Président du Haut conseil de l'évaluation de l'école de 2003 à 2005, est resté membre du Haut Conseil à l’Education, et a accédé à la tête du Conservatoire national des arts et métiers, entre autres, il le doit certainement plus à sa compétence et à son indéniable charisme, qu’à son appartenance supposée à une obédience maçonnique.

 

Et une fois encore, la thèse d’une toute puissance maçonnique souterraine est démontée par l’article lui-même puisque la constitutionnalisation de la loi de 1905 dont le Grand Orient se voudrait le champion (d’après Le Figaro) risque de passer aux oubliettes, car elle reviendrait soit à officialiser le maintien du Concordat en Alsace-Moselle soit à déclencher les protestations des électeurs locaux. Les élections municipales de 2014 seront déjà assez compliquées comme cela pense-t-on au gouvernement.

 

Dernière image d’Epinal, le franc-maçon, bouffeur de curés. José Gulino riposte-t-il aux déclarations de M. Vingt-Trois, traitant le mariage pour tous de supercherie, en dénonçant «les positions arriérées et obscurantistes» et «les amalgames violents et haineux» du président de la Conférence des évêques de France, son communiqué est taxé d’anticlérical. Ce qui, au sens propre est juste – il dénonce la tentation constante des églises à tomber dans le cléricalisme, c’est-à-dire à vouloir imposer leurs dogmes à l’ensemble de la société – mais prend ici un ton péjoratif.

 

franc-maconnerie-symbole.gifPour le reste, on aura appris une surprenante nouvelle : la « fraternelle » parlementaire qui est censée regrouper tous les maçons du Parlement de quelque obédience qu’ils soient, comme il y a plus de députés et sénateurs de gauche, va être dirigée par un député PS du GO qui succède à un sénateur UMP de la GLNF. Est-ce que le vilain GO va poursuivre la politique d’auditions transpartisanes lancée par la gentille GLNF qui a « réveillé la fraternelle », telle est la question implicite du Figaro.

 

 

Bien que moins prolifique que L’Express et Le Point, ce n’est pas la 1ère fois que Le Figaro cultive ce marronnier. Pour meubler le magazine estival, il avait fait quelques articles didactiques en commençant par « Les secrets des francs-maçons », secrets bien éventés depuis le temps qu’on y consacre des dossiers. Là, il grille sans doute Le Point mais dans le même style de pseudos informations en partie contradictoires, de fausses révélations et de vraies insinuations.

 

 

PS Précisons que je ne suis pas initié et même, pour avoir quelque peu ironisé sur les problèmes de mixité au Grand Orient, accusé d’anti-maçonnisme pétainiste (dans ce domaine aussi le point Godwin est vite atteint).

Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 18:06
Baphomet*

Baphomet*

Quand, le 19 avril 1897, Léo Taxil mit fin à « La plus fantastique fumisterie des temps modernes », un poisson d'Avril, amorcé le 23 avril 1885, devenu une gigantesque baleine, il lui fallut la protection de la police pour échapper à la vindicte de ses dupes qui entendirent son discours à la Société de géographie.

Gabriel, Antoine Jogand-Pages, plus connu sous le nom de Léo Taxil, est né à Marseille le 21 mars 1854 dans une famille catholique. Après des études primaires studieuses chez les Frères Maristes, il fut mis en pension dans un collège de Jésuites.  Un site belge prétend qu'il fut viré de chez les jèzes pour avoir été surpris à vider les burettes.

A 25 ans, il est initié à la Franc-Maçonnerie à la loge "Le temple des Amis de l'Honneur Français". Il y rencontre un ancien séminariste, le frère Bernard Enthuileur, avec lequel il s'associe pour fonder la Bibliothèque anticléricale qui publie un certain nombre d'ouvrages dans la veine de « La calotte » ou des « Corbeaux » (il fut poursuivi pour avoir écrit un « A bas la calote ») mais aussi dans une orientation plus grivoise avec "Les maîtresses du Pape", "Le Pape femelle", "L'homosexualité dans les couvents"...

Léo Taxil, roi du canular !

La conversion

 

« M. Maurice Jogand, qui s'est tristement illustré sous le nom de Léo Taxil par des publications obscènes déguisées sous couleur de libre-pensée, vient d'abjurer ses erreurs. Il est rentré dans le giron de l'Église ; du moins on l'assure.

Cette conversion ne nous surprend pas. M. Léo Taxil avait attaqué la religion avec trop de fureur fanatique. Son fanatisme s'est retourné. Nous connaissons beaucoup de révolutions de conscience semblables.

C'est en revenant d'un congrès anticlérical tenu à Rome et sur la route de Marseille à Lyon que l'impie a été touché de la grâce. Il a tout de suite fait amende honorable entre les mains d'un prêtre.

Mais l'absolution que cet ecclésiastique a pu accorder à son pénitent inattendu ne peut être que provisoire. M. Léo Taxil a été frappé par le pape d'excommunication majeure. C'est le pape seul ou le grand pénitencier qui peut le relever de cette sentence d'anathème. »

Puis, tel Saül, sur le chemin de Damas, nouveau Paul, il se convertit en 1885. Conversion examinée de près par le Vatican, mais après avoir été confessé par un jésuite (pour les avoir fréquentés, il connaissait les « bons pères »), interrogé par deux cardinaux, il fut enfin reçu en audience par Léon XIII.

Avec un zèle égal à celui qu'il avait déployé dans l'anticléricalisme, il se déchaîna dans l'anti-maçonnisme : Les Frères trois points, La Franc-Maçonnerie dévoilée, Les mystères de la Franc-Maçonnerie, La France Franc-Maçonne, Les soeurs maçonnes...

Il y accusait la Franc-Maçonnerie des pires abjections, allant jusqu'à décrire un culte de Baphomet* dans les loges dont le chef suprême, Albert Pike, rencontrait Lucifer tous les vendredi après-midi à trois heures.

Ces affirmations étaient corroborées par un Dr Bataille, catholique prétendument fervent, qui s'était voué à explorer ce culte satanique et surtout par Diana Vaughan, jeune et belle américaine, supposée Grande Maîtresse du Rite Palladique Rectifié, convertie par l'intercession de Jeanne d'Arc (pas encore canonisée). C'est elle qui avait révélé des textes de Pike dévoilant ce Palladisme dont elle avait été, elle-même, Grande Maîtresse Templière !

« …et ce bateau du palladisme a été un vrai cuirassé auprès du remorqueur que je fis, pour mes débuts, envoyer à la chasse aux requins dans la rade de Marseille. Avec le concours du docteur Bataille, le cuirassé est devenu toute une escadre ; et quand Diana Vaughan a été mon auxiliaire, l’escadre s’est transformée en flotte . »

Léo Taxil, 19 avril 1897

Léo Taxil, roi du canular !

L'évêque états-unien de Charleston, où la loge maçonnique était censée se livrer au culte de Baphomet, eut beau faire le voyage à Rome pour témoigner que les maçons locaux étaient de paisibles bourgeois et que leur local n'avait aucun sous-sol labyrinthique pour pratiquer des rites sataniques et sexuels, il fut désavoué et soupçonné d'être lui-même maçon.

En 1896, une conférence internationale antimaçonnique se réunit à Trente pour examiner les révélations de Diana Vaughan.

Une sœur Thérèse de l'enfant Jésus, du Carmel de Lisieux, s'intéressa à la conversion de Diana Vaughan ; la prieure du couvent avait écrit à Diana en lui envoyant une photo de sœur Thérèse interprétant Jeanne d'Arc. La photo avait été prise en 1895, lorsqu'elle avait écrit une pièce de théâtre racontant la vie de la jeune Lorraine. Diana avait même répondu. Le 19 avril 1897, lundi de Pâques, avant le début de la séance à la Société de Géographie, on projeta sur grand écran une photographie représentant l'apparition de Sainte Catherine à Jeanne d'Arc, d'après un tableau qui aurait été fait en l'honneur de Diana Vaughan dans un couvent de Carmélites.

« Parmi les adages de l’Art culinaire, on trouve cité souvent celui-ci : ‘On devient cuisinier mais on naît rôtisseur’. Il en est de même pour la Fumisterie : on naît Fumiste

 Léo Taxil  19 avril 1897.

Une pure fumisterie

 

Ce lundi de Pâques, Léo Taxil dévoila donc son gigantesque canular qui ferait passer tous les « hoax » de la toile pour de la roupie de sansonnet.

Vous n’avez pas l’air de vous douter que vous êtes une immonde fripouille !

Cette interruption, absolument dénuée d’amabilité sinon de vérité, est la première qui ait coupé, hier soir, à la salle de la Société de géographie, les fort instructives déclarations de M. Léo Taxil.

Mais M. Léo Taxil ne paraissait pas le moins du monde se rendre compte de l’impression d’écœurement qu’il produisait sur une assemblée où les libres penseurs étaient cependant aussi nombreux que les catholiques.

M. Léo Taxil a résumé en trois mots ce qu’il appelle « la plus colossale mystification des temps modernes » ; « Ma conversion au catholicisme a d’abord été un simple bateau. La collaboration de mon compère le docteur Bataille en a fait une escadre. Enfin, elle est devenue une véritable flotte grâce à Diana Vaughan. » Diana Vaughan a joué effectivement le rôle principal dans la grande mystification dont il se flatte aujourd’hui. Ce rôle était celui d’une ex-luciférienne convertie au catholicisme, et dont les abracadabrantes révélations sur les mystères du Palladisme et de la franc-maçonnerie étonnent depuis plusieurs années le monde religieux. Naturellement, toutes ces prétendues révélations émanaient de Léo Taxil en personne, dont le but, avoué aujourd’hui, était de gagner le plus d’argent possible en exploitant la crédulité des catholiques. Mais tout finit, et l’on s’est aperçu un beau jour que Diana Vaughan était un mythe et Léo Taxil un simple farceur.

Il est douteux que les francs-maçons tuent le veau gras en l’honneur de ce singulier transfuge. Hier soir, il a été hué dans les grands prix. Mais le clergé, qui trop facilement lui ouvrit ses bras, fera bien de se montrer à l’avenir moins crédule et moins confiant. C’est la seule moralité à tirer de l’aventure.”

Extrait du Figaro du 20 avril 1897, Julien de Narfon, « Léo Taxil, dévoilé par lui-même. »

Il n'avait eu que deux complices : le Docteur Hacks , alias docteur BATAILLE, avec qui il avait lancé une nouvelle publication: "Le diable au XIXème siècle" et surtout Diana Vaughan, protestante française, plutôt libre-penseuse, dactylographe de son état et représentante d'une des fabriques de machines à écrire des Etats-Unis.

Cela ne lui valut aucune reconnaissance de la Franc-Maçonnerie, alors même qu'il avait dévoilé la crédulité et l'insondable sottise de catholiques, il est vrai nourries d'une encyclique Humanum genus dirigée contre les francs-maçons alliés du diable.

Le Dr Bataille a conclu : « Tout cela a été une pure fumisterie. Les catholiques avalèrent tout sans broncher, et la niaiserie de ces gens est telle, que si je leur disais aujourd'hui que je les ai roulés, ils refuseraient de me croire et resteraient convaincus que tout ce que j'ai inventé est la vérité même. »

Et de fait, aujourd'hui encore, il en existe pour expliquer que Taxil a été manipulé par les Francs-Maçons.

Il est vrai que des adeptes actuels de la théorie du complot - le Nouvel Ordre Mondial avec son armée secrète d'hommes en noir (Le Monde 2, 03/01/09) - ont inventé des reptiles humanoïdes (hybridation de lézards extra-terrestres et d'humains) qui n'ont rien à envier aux hommes monstres qui dans d'immenses ateliers secrets, sous le rocher de Gibraltar, fabriquaient les instruments usités dans les cérémonies du Palladisme et dont les forges sont alimentées par le feu même de l'enfer !

 

* Baphomet est le nom donné par certains occultistes du XIXe siècle à l’idole mystérieuse que les chevaliers de l’Ordre du Temple furent accusés de vénérer. Une étude assez exhaustive dans Debunkers Les fondus du satanisme (1): Baphomet

 

Pour compléter :

Tuons-les par le rire !

Léo Taxil, Huysmans du pauvre ?

Léo Taxil : quitte à mentir autant en faire des tonnes !

Léo Taxil, polémiste génial, anticlérical radical et roi de la fumisterie

Léo Taxil ou l’antimaçonnisme alimentaire

 

Jean Baubérot me signale l'ouvrage qu'il a co-signé avec Valérie Zuber : Une haine oubliée. L’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Paris, Albin Michel, 2000, « Sciences des religions ».

« On [y] trouve (…) une réflexion stimulante sur l’éventuelle parenté des « doctrines de haine » qui se partageaient la France à la fin du XIXe siècle. Un édifiant détour est d’abord proposé à partir de l’extravagante figure de Léo Taxil – étudié naguère par Eugen Weber et Massimo Introvigne –, qui passa de l’« anticléricalisme graveleux » à l’« antimaçonnisme pornographique », en appliquant les mêmes recettes éditoriales à succès à la dénonciation de deux mondes ennemis qui le reconnurent l’un et l’autre, successivement, pour leur champion. »

Patrick Cabanel

 

Je n'ai pas mentionné, non plus, Le Cimetière de Prague  d'Umberto Eco qui conte pourtant avec art (et citations et illustrations) l'affaire Taxil car le velléitaire que je suis se promet, de longue date, de, sinon rendre compte de l'oeuvre, du moins de la partie consacrée à Léo Taxil...

 

 

 

 

 

 

En cadeau bonus La Marseillaise anticléricale écrite par Léo Taxil en 1881 et interprétée par Marc Ogeret

 

Quelques spécimens de la veine anti-cléricale de Léo Taxil

Texte intégral

"Le but que je me suis proposé est, en suivant pas à pas la légende chrétienne, d’en faire ressortir tous les ridicules et toutes les contradictions, afin de bien démontrer que, d’un bout à l’autre, et sous quelque aspect qu’on l’envisage, l’histoire de Jésus-Christ, homme ou dieu, n’est qu’un tissu de fables immorales et stupides."

Léo Taxil

Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Léo Taxil, roi du canular !
Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.