Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 18:53
"Le Monde" (scan)

"Le Monde" (scan)

Le Monde de ce jour (11/12/13) – pour nous provinciaux. Page 15, disparitions, un nom François Lebrun, une photo.  Retour vers un passé, un maître.

 

1958-59 puis 59-60, seconde et première M’ – M’ traitée de classe-poubelle du prestigieux Lycée David d’Angers par un péteux agrégé de Lettres tout marri de se les voir infliger – la chance d’avoir François Lebrun comme prof d’histoire-géographie. Salle dans une nouvelle aile, moderne donc et lumineuse. Comme les cours de ce maître qui réussissait à captiver la presque quarantaine de gaillards, issus des C.C. (cours complémentaires) et, en principe, plus porté vers des matières scientifiques. Une autorité tranquille. Je ne crois pas qu’il n’eût jamais mis la plus petite heure de colle. Elancé, toujours tiré à quatre épingles. Souvenir d’un jour où la classe était exceptionnellement distraite : une bretelle s’était détachée et pendait derrière son dos. Ricanements assurés avec tout autre prof. Il me revint de lui signaler. Il la remit tranquille et le cours reprit son cours. Souvenir encore d'un conseil de discipline où il fut mon brillant avocat m'évitant une définitive exclusion.

 

Peut-être, dans ce respect qui s’imposait à nous, pressentions-nous que ce prof jeune avait un vécu que nous ignorions bien sûr.

Ce n’est qu’aujourd’hui que je découvre que  la tuberculose pulmonaire avait interrompu ses études brutalement en septembre 1943, à 20 ans. Seul remède alors, le repos, le grand air et une alimentation saine. François Lebrun passa ainsi huit ans en sana. Puis subit une lourde opération. Ce n’est qu’en 1956, qu’il prenait son premier poste d’agrégé à Angers.

 

Devenu vaguement étudiant, le le croisais parfois venant des archives où il préparait sa thèse sur  les Hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles.

La revue L’Histoire (il était membre de son comité scientifique) permet à tous ses anciens élèves de M’ (et les autres) de le retrouver en vidéo, dans un extraît de A LA RECHERCHE DU TEMPS VECU (réalisateur: Pierre-François Lebrun production: Averia-France 3 2004). La même voix, avec ce léger soupçon de cheveu sur la langue.

Hommage à François LEBRUN

L’excellent article du Monde offre un aperçu très large de son œuvre. Je me contenterai d’évoquer son « Histoire de France ». On y retrouvera la clarté de son enseignement, le sens de la synthèse : court résumé en chapeau et deux documents à la fin, pour chaque chapitre.

Surtout, en ces temps de confusionnisme guainotesque, d’histoire bling-bling  et/ou identitaire,  la volonté affirmée d’étudier le passé « pour lui-même, sans préjugés, parti-pris ou références anachroniques au présent. »

En réponse en quelque sorte anticipée aux niaiseries du  chanoine du Latran (l’ouvrage est de 1987), avec son co-auteur J. Carpentier, il s’interroge : « Cette histoire a-t-elle un sens ?  (…) Pour les uns, l’histoire de France , c’était celle des gesta Dei per Francos, des œuvres de Dieu par les francs, du baptême de Clovis à l’épopée missionnaire du 19e siècle, en passant par Saint-Louis et Jeanne d’Arc, la France n’était vraiment elle-même que lorsqu’elle répondait à sa vocation de soldat de Dieu. Pour d’autres, l’histoire de la France c’était celle de la formation de l’unité du pays (…), de la lente émergence de la nation française et du triomphe de l’idéal de liberté, d’égalité et de fraternité. Mais ce sont là visions déterministes, incomplètes et inopérantes : bien des pages de cette histoire (…) s’écartent de la vision providentialiste de la France fille aînée de l’Eglise ; quant à l’unité française, elle est bien devenue une réalité à la fin du 19e siècle dans le cadre de la IIIe République, mais ce n’était pas une fatalité écrite dès l’origine. »

 

Au revoir M. Lebrun et merci.

Hommage à François LEBRUN

Points Histoire 514 pages - 10.00 €

Repost0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 21:21

petition-plantagenet

Le 28 Novembre 1499, un véritable crime d’état était commis dans la sinistre Tour de Londres : Edouard de Plantagenêt, dernier descendant direct des rois angevins et seul légitime héritier du trône britiche était décapité sur ordre d’Henri VII Tudor. L’usurpateur l’avait fait jeter au cachot à l’âge de dix ans pour le faire assassiner 15 ans plus tard ! Faut-il rappeler qu’avec Henri II, premier roi Plantagenêt d’Angleterre en 1154, l’Anjou dominait aussi le duché de Normandie,  le comté du Maine, le comté de Poitou et le duché d'Aquitaine !

 

calixte-de-nigremontA l’initiative de Calixte de Nigremont, Duc de Nigremont, Grand Perruquier du Toggenbourg, Vice-Consul de Chalcédoine,  Grand Croix de l’Ordre de Sainte Pétronille, Intendant Général de la Congrégation des Maxençoliens, une pétition est donc lancée jusqu’au 9 septembre, qui sera envoyée à Elisabeth II avec copie à Cameron. « En compensation de la spoliation des droits de la dynastie angevine et de l'assassinat politique de son ultime descendant direct,  les signataires de la présente pétition exigent que le Royaume-Uni remette aux Angevins, héritiers moraux des Plantagenêts, l'intégralité des Joyaux de la Couronne d'Angleterre, lesquels auraient dû, légitimement, revenir aux souverains angevins. Les Joyaux, après leur remise, seront déposés en la Tour Saint-Aubin à Angers pour être vus et conservés par la population. »

 

La boutade angevine monte au nez des rosbifs !

 

crown-jewels 2277318bFaut-il dire que les réactions furent très agressives outre-manche ? Passons sur les commentaires outrés des internautes indigènes. Mais le Daily Mail poussa l’indignité jusqu’à mesquinement rappeler que, de fait, pas plus que les ducs de Bretagne ne parlaient bretons, les Plantagenêts ne s’exprimaient dans le langage barbare autochtone : « Richard I, the iconic Lionheart who led the Third Crusade, was born near Oxford but barely spoke a word of English. » Richard-cœur-de-lion, comme son père Henri II est d’ailleurs enterré à l’abbaye angevine de Fontevraud. « D'abord, ils essaient d'asphyxier la City de Londres avec des taxes européennes (…), puis ils veulent taxer les résidences secondaires des Britanniques en France et aujourd'hui on apprend qu'ils réclament les joyaux de la Couronne ! » ajoute ce tabloïd, anti ‘frenchies’.

 

Parmi les arguties des perfides angliches, le rappel que le régicide Olivier Cromwell avait fait fondre les bijoux des dynasties anciennes après avoir fait décapiter Charles Ier, donc que les actuels joyaux de la couronne n’auraient pu appartenir au malheureux Edouard, puisqu’ils datent du couronnement de Charles II au XVIIe siècle.

 

Anjou … feu !

 

Mais les angevins que nous sommes demandons clairement et légitimement, sur le plan de l’héritage moral, comme le rappelle Calixte de Nigremont, une compensation significative du crime d’état commis contre l’héritier de la dynastie angevine.

 

Espérons que Jean-Marc Ayrault, qui doit se rendre prochainement au Royaume Uni, saura défendre cette demande auprès du 1er ministre Cameron.

 

Cette pétition – à laquelle on ne peut qu’inviter les lecteurs à apposer leur signature – rappelle aussi, qu’à côté de mesquines revendications bretonnes d’annexer la ligurienne Loire Atlantique, l’Anjou est encore plus historiquement fondé de demander le rattachement de la Normandie, du Maine, du Poitou et de l'Aquitaine pour former, sous sa houlette, une grande région centro-girondine avec pour capitale Angers.

 

La pétition permettra aussi, massivement signée, de rabaisser le caquet de ces méprisants calomniateurs de notre beau pays qui devront se souvenir, qu’après avoir subi la conquête du duc de Normandie, ils ont été dirigés pendant près de trois siècles et demi par les descendants des Comtes d’Anjou.

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.