Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 16:37

Partie magazine du journal du samedi sur France 2, outre un remarquable 'Mon œil' sur le 1er avril, un formidable reportage... sur une fabrique de pots pour plantes.

En résumé, une usine de fabrication de pots en terre (et non pas de ces affreux pots plastoques), au bord de la faillite, reprise par un agriculteur nous dit-on. Du classique : il licencie à peu près la moitié des salariés. Sauf qu'il garde tous les ouvriers. Il se débarrasse de tout un appareil de contrôle (en gros un contrôleur pour un ouvrier : contremaîtres, contrôle qualité, et la bureaucratie qui va avec). Comme il y a un four pour traiter la terre il faut travailler en continu : l'équipe de nuit avait droit à un personnel d'encadrement dont la mission essentielle était de  vérifier que les ouvriers ne débordaient pas la pause de 20 mn. Maintenant l'horloge de la pointeuse suffit.

Plus de contremaîtres perchés dans un véritable mirador vitré au-dessus de l'atelier ! Plus de contrôle qualité à la sortie du four, de la fabrication, de la mise en livraison, etc. Un patron qui n'hésite pas à mettre la main à la pâte (c'est le cas de le dire). Et donc, des ouvriers responsabilisés qui s'auto-contrôlent. Et des personnels administratifs réduits, amenés à venir à l'atelier pour afficher les commandes et non plus à rester cloîtrés dans une sorte de bunker. Et une production équivalente avec moitié moins d'emplois !

Bon, d'accord, l'ami Gérard aurait beau jeu de me dire que dans sa petite entreprise, ses ouvriers carrossiers s'auto-contrôlent, et que lui, le « patron » n'hésitait pas à mettre la main à la pâte, sans qu'il soit question d'autogestion (pas plus d'ailleurs que dans le reportage de FR2).


L'économie sociale - coopératives, mutuelles - n'a pas le vent en poupe. L'exemple de la CAMIF est quasi caricatural : l'inverse presque de celui du reportage du 13h15 de FR2, avec une bureaucratie galopante liée à une déresponsabilisation des salariés (avec une direction non pas élue par des coopérateurs mais longtemps fauteuil doré pour des bureaucrates du SNI). Des pseudos mutuelles se disputent les antennes dans la pub débile et la lutte pour des complémentaires santé à l'anglo-saxonne, la négation même de l'esprit mutualiste. Faut-il parler des banques dites populaires (en principe coopératives aussi) qui se font imposer comme PDG de leur fusion avec les caisses d'épargne un personnage qui leur avait conseillé, naguère, de s'engager dans la calamiteuse banque d'affaires Natixis ?

L'autogestion, sous ce drapeau-là, est vouée à l'échec. D'ailleurs, elle n'y a pas cours, puisque dans ces coopératives ou mutuelles, les employés sont des salariés comme les autres (avec cependant, souvent, des conditions de travail privilégiées qui plombent leurs employeurs par rapport à la concurrence « marchande »).


Mais revenons au point de départ.  Ce reportage est dangereux qui prouverait que l'on peut supprimer des emplois parasites (mais là, dans cette usine, c'était caricatural). Mais il est porteur d'espoir s'il montre qu'une confiance raisonnée est plus productive qu'une méfiance généralisée. Et que l'utopie de l'autogestion ne l'est peut-être pas autant que cela... utopique ! Vive Proudhon !

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans humeur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.