Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 18:12
Martín Muñoz de las Posadas

Grâce à MS DS et à son marido BS, de retour d’Azrou, après un séjour à Tarifa, nous avons découvert Martín Muñoz de las Posadas, sa Plaza Mayor avec son église monumentale et un peu en retrait son Palais du Cardinal Espinosa.

Martín Muñoz de las Posadas

La commune doit son nom à un chevalier originaire de Burgos qui, à la fin du XIe siècle, a participé au côté de Rodriguez Díaz de Vivar dit « El Cid » à la reconquête de Tolède sur les Musulmans reconquista dirigée par le roi Alphonse VI. Il reçut donc du roi mission de consolider la récupération de territoires  en s’implantant dans une zone autrefois peuplée de mozarabes et de berbères. Cette cité, au Nord de Ségovie, était une étape sur la route royale entre Madrid et Valladolid d’où un certain nombre d’auberges (posadas).

Cardinal Espinosa

Cardinal Espinosa

Mais c’est le Cardinal Diego de Espinosa y Arévalo qui donnera à son village natal le Palais Renaissance à son nom et l’extension de l’église paroissiale. Ce Cardinal Diego de Espinosa fut président du Conseil suprême et royal de Castille (1565) et inquisiteur général (1566) sous Philippe II qui lui confia même la régence quand il partit régler les problèmes de la Flandre en 1567.

L’église Notre Dame de l’Assomption

cliquer pour agrandircliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandircliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir

Martín Muñoz de las PosadasMartín Muñoz de las PosadasMartín Muñoz de las Posadas

L’église Notre Dame de l’Assomption résulte de l’évolution d’une antique construction du XIe siècle, d’abord au XIIIe siècle en style roman, puis au XVIe siècle en style gothique. Sur un socle de pierres rectangulaires, c’est, comme le Palais, une construction de briques avec deux portes monumentales en pierre et une porte secondaire en briques.

cliquer pour agrandircliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir

Une seule nef – avec cependant une chapelle secondaire où l’on a découvert une peinture murale – très sombre car quasiment aveugle ; seul le chœur est bien éclairé.

C’est grâce à Napoléon que cette église d’un modeste village a hérité d’un « Greco ». En effet, ce « Calvaire », attribué à Dominico Theotocópuli  dit « El Greco », qui représente le Christ mort avec la Vierge Marie,  Saint Jean et le commanditaire, a été planqué là au moment des guerres napoléoniennes en 1830. L’œuvre connaîtra ensuite 17 années de prison ! En effet, au moment de la restauration de l’église en 1983, le curé confia la toile, juste enveloppée de draps, à la garde civile qui l’entreposa dans une cellule. Et ce n’est qu’en 2000 que ce Calvaire revint dans l’église. Protégé par un verre blindé l’œuvre n’est visible que si on glisse une pièce pour l’éclairage, forme moderne du tronc paroissial.

Autre œuvre remarquable la sculpture du cardinal Espinosa (voir plus haut) réalisée par Pompeio Leoni.

Le Palais du Cardinal Espinosa

cliquer pour agrandircliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir

Martín Muñoz de las Posadas

Le Palais, attribué à Gaspar de Vega fut terminé en 1572. C’est un cadeau de Philippe II. Il porte donc sur sa façade les armes royales. Son patio carré est entouré d’une galerie à deux niveaux avec un élégant escalier.

cliquer pour agrandircliquer pour agrandircliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandircliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandircliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir

Un très bel Hôtel de Ville donne aussi sur la Plaza Mayor.

Martín Muñoz de las Posadas
Martín Muñoz de las Posadas

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.