Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 20:42
Les 15 000 esclaves hollandaises des Sœurs du Bon Pasteur

Une enquête a mis à jour un réseau d’exploitation de femmes aux Pays-Bas semblable à celui qui fonctionnait en Irlande.

Au moins 15 000 filles et femmes, en majorité des prostituées, des filles mères comme on disait à l’époque, voire des victimes de maltraitance familiale ou des handicapées, ont travaillé, dans des conditions d’esclavage – travail forcé, non rémunéré - entre 1860 et 1973, dans des blanchisseries ou des ateliers de couture sous la coupe de l’ordre catholique des Sœurs du Bon Pasteur, selon une enquête réalisée par le journal NRC.

Les religieuses, dans les établissements baptisés « refuges de l’amour », situés à Almelo, Tilbourg, Zoeterwoude et Gelderland, faisaient fabriquer par leurs esclaves toutes sortes de vêtements. De la robe de bébé à l’uniforme militaire en passant par des camisoles de force pour les hôpitaux psychiatriques ou des tenues spécifiques pour répondre à des commandes de sociétés.

Cet ordre religieux avait été aussi impliqué dans un scandale semblable en Irlande en participant à la gestion des Magdalene Laundries (Blanchisseries Madeleine).

Aux travaux de blanchisserie et de couture s’ajoutait la broderie. Ainsi les archives révèlent-elle que le Bon pasteur réalisa des travaux de broderie pour la maison royale, sans doute pour Juliana, à l’époque princesse (grand-mère de l’actuel roi Willem-Alexander). Lavage et amidonnage du linge du palais het Loo, résidence officielle de Juliana, étaient confiés aux ateliers de l’ordre. Les religieuses fournissaient leurs produits aux hôtels, hôpitaux, particuliers, église et administrations.

Margot Verhagen

Margot Verhagen

L’enquête de NRC comporte des témoignages de nombreuses victimes. L’une d’elle, Margot Verhagen, 85 ans, avait perdu son père pendant la seconde guerre mondiale ; sa mère mourut en 1950, elle avait 17 ans. Elle se retrouva chez une tante, mais peu après des policiers et une fonctionnaire de la protection des mineures l’emmenèrent dans une institution du Bon Pasteur où elle connut des journées de travail de plus de douze heures. Et elle assura au journal que non seulement, elle était soumise à ces travaux forcés, mais qu’elle fut violée par le Recteur de l’institution, viol resté impuni, car ces esclaves n’avaient aucun droit.

Caractère structurel des abus.

 

Ainsi étaient traitées des filles ou femmes « perdues » car enceintes hors du mariage, ou condamnées pour des délits mineurs, ainsi que des orphelines, des enfants abandonnées, des handicapées. Aucun salaire ne leur était versé. Seulement, une fois par an, on leur distribuait des sortes de bons qui leur permettaient de se procurer des friandises et de la nourriture au point de vente de la communauté.

Jo Keepers, fille d’un alcoolique qui la maltraitait, tenta à maintes reprises de s’échapper du centre d’Almelo où elle avait été placée, mais à chaque fois la police l’a ramenée et elle était sévèrement punie par les religieuses, jusqu’à ce que le 20 mars 1960 elle fut enfin libérée.

Jusqu’au début des années 70, les jeunes filles, généralement contre leur volonté, furent placées dans ces institutions par les services gouvernementaux, les associations de tutelle et de protection infantile, voire leurs propres parents.

Plusieurs victimes se retournent devant les juges contre le gouvernement pour faire reconnaître le dommage causé par cette communauté religieuse et réclamer les salaires dus, car elles estiment que l’état est largement responsable du sort inhumain auquel elles ont été soumises.

Si ces recours engagés ont pris une tournure judiciaire, les critiques contre les pratiques des Sœurs du Bon Pasteur ne datent pas d’aujourd’hui. Dès 1930, deux de ces anciennes esclaves ont conté leur douloureux passé. Une dizaine l’ont fait dans des journaux, des heddos et des livres, mais sans réaction officielle, leurs témoignages étant qualifiés de propagande anticatholique. Et c’est ainsi que la situation a perduré jusque dans les années 70.

Les religieuses se sont séparées depuis de ces centres qu’elles dirigeaient. Les dernières d’entre elles, maintenant très âgées, vivent dans des maisons de retraite, mais la congrégation a vendu ses immeubles et propriétés pour des millions d’euros.

Après le début des plaintes judiciaires, la congrégation s’est excusée auprès des victimes, mais se refuse à payer une quelconque indemnisation, en considérant que comme ça s’est passé il y a beaucoup d’années, les faits sont prescrits.

Le travail dans les ateliers de blanchisserie et de couture – un modèle de rentabilité pour enrichir cette congrégation religieuse – était présenté comme un travail de thérapie et de pénitence. La commission qui depuis 2016 enquête enfin sur les violences envers les mineures a relevé des cas d’abus physiques, psychiques et sexuels depuis 1945. L’équipe d’experts a reconnu le caractère structurel de ces abus.

Sans vouloir établir une hiérarchie dans les actes commis par des membres de la sainte église catholique, il est peut-être permis de noter que si les actes de pédophilie ont eu une assez forte fréquence - et surtout furent couverts par une hiérarchie plus soucieuse de l'image de l'institution que du sort des victimes - le martyre subi par ces esclaves, irlandaises, hollandaises mais aussi de nombreux autres pays, avait un caractère massif, systématique, institutionnel ! et s'accompagnait aussi souvent d'abus sexuels. Mais ce scandale, qui frappa des jeunes filles et femmes, est beaucoup moins évoqué. Ainsi de celui-ci dont NRC a rendu compte le 22 mai et dont on ne retrouve, à ma connaissance, aucun écho dans la presse française.

Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 17:08

Emile-Roemer1

Un mélenchonnien batave qui se banane, les partis europhiles qui l’emportent, l’extrême-droite populiste qui s’effondre dans une élection à la proportionnelle intégrale : circulez, y a rien à voir !

 

Le 8 septembre, le magazine du Monde, pleine page, annonçait qu’Emile Roemer, un néerlandais mélenchonniste, devançait le Parti Libéral dans les sondages. Le 9, le site de l’Express titrait sur le Mélenchon à la sauce hollandaise, dont le parti avait le vent en poupe. Résultat le 12 septembre, le « Parti socialiste » - eh oui, c’est son nom – de Roemer stagnait, tandis que les libéraux gagnaient 10 sièges et les travaillistes 8 ! Mais avec un système de proportionnelle intégrale, seule une coalition peut gouverner.

 

Le gouvernement sortant s’appuyait sur une alliance libéraux-démocrates chrétiens qui ne survivait que grâce à l’appui de l’extrême-droite populiste et xénophobe de Geert Wilders, pratiquant un soutien sans participation. Le parti europhobe – partisan comme le FN de la sortie de l’Euro – avait provoqué la démission du 1er ministre, donc les élections. Il n’en a tiré aucun bénéfice puisque il a perdu 5 points et 9 députés. Ce dont, ici, on aurait dû de réjouir.

 

emile-roemer mao Emile Roemer, le Mélenchon batave, est aussi perpétuellement souriant que son modèle français est constamment rogue. Le Parti socialiste dont il est le leader est un ancien parti maoïste qui ne s’est un peu démaoïsé qu’après la chute du mur de Berlin. "Voter SP, c'est prendre une assurance pour que les sociaux-démocrates cessent leur politique de droite" : remplacez SP par Front de gauche et vous avez du Mélenchon en V.O. ! Il se voyait beau, l’oncle Emile, surnom que lui valait son côté jovial : la 2e place, devant les travaillistes, lui était promise par les sondages. Vanitas vanitatum, et omnia vanitas. Le triomphe annoncé ne s’est quand même pas transformé en déroute comme pour l’extrême droite : le SP a maintenu ses positions, ni plus, ni moins. En revanche les sociaux-traîtres, les travaillistes, talonnent les libéraux et ont gagné 8 sièges.

 

Le vote europhobe attendu s’est traduit par la victoire claire des partis europhiles. A juste titre, sans doute, les eurosceptiques ont refusé de voir dans ce vote un plébiscite pour l’Europe. Pas plus que le non au référendum dans notre beau pays ne constituait un plébiscite contre l’Europe. Vote protestataire avant tout où les enjeux européens passaient au second plan, chez nous. Chez les bataves, crainte d’un saut dans l’inconnu avec l’abandon de l’euro, ce qui n’enlève pas la réticence à financer les cigales du Sud, que l’on retrouve dans l’opinion allemande.

 

emile-roemer scores Source du tableau : wikipedia

Beauté de la proportionnelle intégrale : un parti des animaux avec à peine 2 % des voix obtient 2 sièges. Sur 150 sièges le parti le mieux placé, libéral, obtient 41 sièges. Le parti travailliste 39.

 

Si l’on projetait ce système en France – en prenant pour base les scores au 1er tour des présidentielles seul résultat utilisable pour ce genre d’exercice – on aurait un PS+Radicaux de gauche à 165 députés, l’UMP à 157, le FN à 103, le Front de gauche à 64, le Modem à 53, les verts à 13, Debout la République à 10, le NPA à 7, L.O. à 3 et Cheminade avec 1 siège ! Aucune majorité ! Même une alliance UMP-FN n’aurait qu’une majorité relative. Une improbable alliance PS+verts+Front de gauche serait encore plus minoritaire même avec les trotskystes.

Le fonctionnement du parlement européen avec des majorités à géométrie variable n’est pas transposable. Les néerlandais qui ont la pratique du compromis aboutiront sans doute à une alliance libéraux-travaillistes, non sans difficiles et longues négociations.

 

Inimaginable en France où même une alliance PS-MODEM provoquerait les hauts cris de bogôs mélenchonnistes, plus prompts à descendre du social-traître qu’à combattre la droite.

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.