Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 10:33

florence cassez news624

NB Courrier International du 14/06/2018 rend compte d'un livre de Jorge Volpi sur l'affaire Cassez

Cliquer dur le lien

 

Il ne suffit pas d’avoir été victime d’une arrestation bidon, d’avoir été traînée dans la boue par la presse et surtout les télés caniveaux mexicaines, d’avoir connu un procès fabriqué, d’avoir subi 7 ans de prison, avant d’être libérée et blanchie. NON, de retour dans notre beau et cher pays, Florence Cassez doit encore subir les sous-entendus des tartuffes et les attaques des têtes d’haineux*.

 

Le grand air de la calomnie et le grand air de la bêtise se sont conjugués. A son débit, d’abord, le fameux « emballement médiatique », tarte à la crème d’un Schneidermann (son fameux « lémédias ») et de ses épigones. Dans le genre le pauvre Hondelatte est plus que consternant avec tapis rouges déroulés et réception « par dieu lui-même, c’est-à-dire par le Président », approuvé, ce qui n’étonne pas par C. Levy mais aussi, ce qui est plus surprenant, par C. Autain (dans un « yahoo débat » eh oui ! ça existe !). On peut déplorer ou pas l’accueil qui a été fait à F. Cassez, mais, sauf bêtise crasse, on ne peut en tenir rigueur à cette jeune femme, qui a su faire une remarquable conférence de presse.

 

 

 

Au-delà de l’odieux

 

Mais de l’accueil à celle qui en fut l’objet, ça dérape et grave, très vite. Ainsi une pécore, Caroline Parlanti, va au-delà de l’odieux en osant écrire : « il en faut peu aujourd'hui pour être célèbre, pour être glorifié et porté aux nues. […] Parfois il faut quand même effectuer sept ans de prison et avoir fréquenté des malfrats qui tuaient et enlevaient des gens. Et être assez inconsciente – pour ne pas dire autre chose – pour ne pas s'en apercevoir » et elle ajoute, vipérine, que cet accueil serait appelé la « "boulette Cassez". Une ancienne détenue devenue superstar alors qu'on ne sait même pas si elle est innocente ou pas. » Abjection votre déshonneur.

 

Quand la dame Lévy se contente de parler de « fréquentations douteuses », cette imbécile qui n’a, pas plus que Lévy et Autain, lu une demi-ligne du dossier, surenchérit : non seulement kidnappeurs, mais tueurs, ces fréquentations douteuses. Or, son ex-compagnon, présenté comme le chef d’un gang des zodiacos, sept ans après n’a toujours pas été jugé. « Si Vallarta a avoué être un kidnappeur, une expertise de la Commission nationale des droits de l'homme du 9 décembre 2005 indique qu'il a été torturé : multiples traces de coups, brûlures sur les parties génitales, etc. Il est accusé d'être le chef et le négociateur. Mais une expertise indique que la voix enregistrée lors des négociations n'est pas celle d'Israël Vallarta. » (Léonore Mahieux, Emmanuelle Steels et Anne Vigna, Le Monde du 23/02/11, voir aussi Rue 89). Invoquer ici, la présomption d’innocence ne servirait de rien : Parlanti, Levy et même Autain pratiquent la présomption de culpabilité.

 

Un dossier vide

 

Car c’est bien de cela qu’il s’agit quand les têtes d’haineux martèlent « libérée, mais pas innocentée ». Quoiqu’on fasse dire à l’une des juges, la 1ère chambre de la cour suprême mexicaine, cette chambre avait le choix entre les conclusions du 2e rapport d’Olga Sanchez  qui préconisait un nouveau procès et celles du 1er rapport du juge Zaldivar qui prônait la libération absolue et immédiate. Le choix de la libération implique la non culpabilité de la prisonnière. Car l’arrêt n’a pas été motivé que par des raisons formelles – représentation diplomatique de l’étrangère non alertée, absence d’avocat après l’arrestation – mais aussi de fond, sur l’effet corrupteur de la mise en scène de l’arrestation et sur des témoignages tardifs et plus que douteux (les 150 pages du rapport Zaldivar reprennent toute la procédure point par point et en démontrent toutes les failles).

 

Après la décision de la Cour suprême d’annuler le jugement, le dossier de Florence Cassez est vide. Pas de flagrant délit – la libération d’otages était bidon – des témoignages jugés contradictoires et à la sincérité douteuse. Un ultime procès devenait inutile.

genaro-garcia-luna-300x350  Mais F. Cassez –comme elle l’a rappelé dans la conférence de presse – n’est pas la seule à avoir été victime de Genaro Garcia Luna, dit le scénariste. Ainsi Ouest-France (01/02/13), après le Courrier international, énumère quelques montages.

En mars 2006 une indienne Otomie était accusée à tort d’avoir séquestré six membres de l’AFI (des policiers supposés d’élite). En septembre 2009, un pasteur était capturé devant des caméras de télévision et accusé d’être un pirate de l’air, il n’était en possession d’aucun explosif et n’avait aucunement menacé les passagers. En juillet 2010, la fausse libération de journalistes du groupe multimédia Televisa et de la société Grupo Milenio était organisée avec le concours de la police fédérale.

Des dizaines d’innocents sont encore dans les prisons mexicaines. Et l’espoir nettement formulée par la « francesa » est que sa liberté recouvrée fasse jurisprudence, que tous ces innocents soient, comme elle, blanchis et libérés.

 

Florence Cassez, en droit et en fait, est innocente. Sa libération absolue l’atteste. Et les têtes d’haineux, bêtes et méchants (mais rien à voir avec feu Harakiri), qui l’accablent ne méritent que le mépris.

 

 

* "têtes d'haineux" expression empruntée à P. Dac et F. Blanche ("Tyrol'haine")

 

En complément : un échange avec Aude Baron, rédactrice en chef du Plus (une annexe du Nel Obs qui imite Le Post d'autrefois, d'avant qu'il devienne Huffington Post, mais sélectionne les contributions qu'il édite)

 

N'étant plus "édité" depuis le 15 novembre 2012, j'avais signalé à cette dame un nouvel article, en me disant "boycotté mais entêté".

 

 

Sent: Monday, February 04, 2013 10:57 AM
Subject: Re: boycotté mais entêté
Bonjour Jean-François,
Vous n'êtes pas boycotté, je vous rassure (et vous l'assure).
Toutefois vos billets sont souvent trop factuels pour que nous les sélectionnions. Vous évoquez une idée mais il manque souvent un développement, que vous poussiez le raisonnement au-delà de l'énoncé de sa conclusion.
Concernant ce dernier post, la remarque au sujet des amendements copiés-collés est intéressante : pourriez-vous m'indiquer une source relative à ces doublons ?

Le 4 février 2013 14:32, Jean-François Launay <jeanfrancois.launay@free.fr> a écrit :
 
Si ce n’est pas vraiment du boycott, ça y ressemble.
Quand je défends – et je n’ai pas attendu qu’elle soit libérée pour découvrir son affaire – Florence Cassez, attaquée de la plus infâme façon par une pécore, certes c’est comme vous dites “factuel” (ils faut bien sortir des “faits” pour contrer les véritables saloperies qu’elle ose écrire sans connaître une demie ligne du dossier) mais il y a une affirmation étayée et clairement énoncée, mais qui n’a pas droit de cité sur Le Plus : F. Cassez est innocente !
Quand j’ironise sur Civitas, je rappelle au passage à deux parlementaires qu’ils feraient bien de (re)lire les débats sur la loi de 1905 et je confronte les cagots, non homophobes, bien sûr, avec les saintes écritures d’un cardinal devenu pape.
Si vous aviez lu mon dernier article un peu moins en diagonale, vous y auriez vu le lien http://recherche2.assemblee-nationale.fr/amendements/resultats.jsp?NUM_INIT=628&LEGISLATURE=14&ECRAN=RESULTATS ; la lecture des débats est aussi instructive puisque de temps en temps Bartolone indique que l’amendement x a été déposé en 88 exemplaires... Ainsi le fameux amendement dont je citais la conclusion : “l’étude d’impact ne s’arrête nullement sur les flux d’étrangers qui pourraient vouloir venir se marier en France du fait de ces nouvelles dispositions” (portant sur l’alinéa 15 de l’article 1er) a été repris mot pour mot par Pron, Ollier, Marc, Bénisti, Guilloteau, Vitel, Gosselin-Cinieri-Foulon (là ils ont signé à 3 d’un coup), Reiss, Ginesta, Mathis, P-A Martin, Huet, Cochet, Giran,de la Raudière, Moyne-Bressand, Sordi, de Ganay, Gommerch, Door, Salenn, Dion, Gibbs... et je me suis arrêté à la page 10 des amendements...
QUI sur Le Plus ou ailleurs a dénoncé cette farce des plus de 5000 amendements ?
Mais, il vaut mieux disserter sur les fesses de Gollnish et surtout sur Star academy, Koh Lanta, The Voice, etc.
 
Sent: Monday, February 04, 2013 4:00 PM
Subject: Re: boycotté mais entêté
Cher Jean-François
Nous ne pouvons effectivement pas dire que Florence Cassez est innocente, pour la simple et bonne raison que juridiquement, elle ne l'est pas. Il n'y a pas preuve de culpabilité. Mais dans les faits, on ne sait pas ce qu'il s'est passé.
On peut poser la question, s'interroger sur les zones d'ombre de l'affaire, sur la mise en scène médiatique au Mexique. Mais pas affirmer qu'elle est innocente, de même qu'on ne peut pas affirmer qu'elle est coupable. On peut s'interroger.
J'ai lu votre article, et pas en diagonale, en revanche je n'ai pas le temps de lire tous les liens, surtout quand il s'agit de la lecture des débats à l'Assemblée, qui sont très longs. D'où ma demande d'extraire la petite phrase-clé, comme vous le faites fort bien ci-dessous.
Cher Jean-François, si vous étiez boycotté, je ne prendrais pas la peine de répondre à vos mails et de lire vos contributions.
Nous avons déjà édité certains de vos textes, et nous sommes tout à fait disposés à le refaire. Votre plume est pour le moins vive, mais parfois elle se laisse emporté par son entrain, au point de devenir agressive. Or si nous pouvons publier des propos vifs, nous ne pouvons publier des propos agressifs.
n'hésitez pas à prendre le temps d'étayer vos arguments. ET j'espère que la prochaine fois, je vous écrirai pour vous annoncer une sélection.

 

 

 

Le 4 février 2013 19:24, Jean-François Launay <jeanfrancois.launay@free.fr> a écrit :

 

Cette histoire de “zones d’ombre” est dans le fond terrifiante. Qu’est-ce que ce statut nouveau que l’on fabrique à l’encontre de Florence Cassez : on ne peut pas dire qu’elle soit coupable mais on ne peut pas dire qu’elle soit innocente !

Combien de fois faudra-t-il répéter que la présomption d’innocence veut dire que vous êtes innocent si la justice n’a pas prononcé votre culpabilité ? et encore, cela se voit même en France, il peut y avoir erreur judiciaire !

Et il est quand même extraordinaire que ceux qui ont peut-être une connaissance un tout petit plus poussé du dossier que la pécore qui l’a insultée n’aient pas le droit de dire que Florence Cassez est INNOCENTE, que les 150 pages du rapport du juge Arturo Zaldivar ne portent évidemment pas que sur des questions de procédure non respectées, mais décortiquent toute l’affaire. Puisque vous me renvoyez vers un concurrent du Plus, puis-je vous inviter à lire un partenaire du Nel Obs, RUE 89 (http://www.rue89.com/2013/01/28/oui-tout-porte-croire-que-florence-cassez-est-innocente-239049 ) ? (L’article que vous citez est d’ailleurs très ambigu, puisqu’il dénie l’innocence alors qu’on y lit : Son procès ayant été cassé et au nom de la présomption d'innocence, Florence Cassez est bel et bien non coupable aux yeux de la justice mexicaine”. Etre “non coupable” mais ne pas être “innocente” et tout cela “au nom de la présomption d’innocence”, pour être étayé c’est étayé !

Et question arguments, il me semble que sur F. Cassez, je fais plus qu’étayer. Et au delà de ce cas je rappelle – comme elle l’a fait – que des centaines d’autres innocents croupissent en prison au Mexique et qu’on peut espérer que ce jugement de la cour suprême fera jurisprudence.

Quant à l’accusation sur mes propos agressifs elle demanderait à être étayée. Certes je me suis permis le mot “pécore”, mais il faut appeler un chat, un chat et une pécore, une pécore. Quelqu’un qui se permet d’écrire cette énormité « il en faut peu aujourd'hui pour être célèbre, pour être glorifié et porté aux nues. […] Parfois il faut quand même effectuer sept ans de prison et avoir fréquenté des malfrats qui tuaient et enlevaient des gens. Et être assez inconsciente – pour ne pas dire autre chose – pour ne pas s'en apercevoir » (avec des accusations absolument pas étayées) n’est évidemment pas agressive.

 

Pas de réponse. Si elle parvient je la rajouterais bien sûr.

 

Courriel en voyé à Clémentine Autain qui participait à un "Yahoo débat" animé par Hondelatte avec Elisabeth Levy :

 

A Clémentine Autain 04/02/13 16h50

 

Je dois avouer que je ne connaissais pas le “Yahoo débat”. Je l’ai découvert inclus dans un article, que je préfère ne pas qualifier, à propos de Florence Cassez. Hondelatte... bon ... c’est Hondelatte... Je n’avais jamais vu Mme Lévy, j’ai pu ainsi m’apercevoir qu’elle n’écrit pas que des conneries, elle en dit pas mal aussi ! Passons. Mais, la surprise –désagréable – fut de vous entendre pratiquer la présomption de culpabilité avec une formulation assez jésuitique “l’innocence de Florence Cassez ne fait pas l’unanimité”.  

Figurez-vous que, dans un état de droit, on est INNOCENT tant que l’on n’a pas été jugé coupable (et encore, les erreurs judiciaires existent et pas qu’au Mexique). Or, le jugement concernant Florence Cassez à été annulé par la Cour suprême mexicaine (et pas que sur des questions formelles). 

La Cour suprême mexicaine aurait-elle été saisie s’il n’y avait pas eu une mobilisation sur son cas en France – même si Sarkozy a fait preuve d’une terrible maladresse à au moins deux reprises (discours au Sénat mexicain, année du Mexique en France) ? s’il n’y avait pas eu au Mexique des correspondantes de presse françaises qui avaient épluché le dossier ? si Florence Cassez elle-même n’avait pas, en direct, convaincu de mensonge Genaro Garcia Luna, dit le scénariste et n’avait fait preuve d’une remarquable pugnacité durant ces plus de 7 ans de détention ? 

Que l’on juge l’accueil qui lui fut fait démesuré ou pas, on peut difficilement le lui imputer. Et elle a su faire face à la presse avec simplicité et pertinence. Souhaitant en particulier que son cas fasse jurisprudence. Car elle est loin d’être la seule victime d’une police qui fabrique des coupables au lieu de s’occuper des vrais criminels. 

Je suppose que c’est la règle du jeu de ce “Yahoo débat” : il faut débattre même si on n’a qu’une connaissance très très superficielle du fond d’une affaire.  

Quant aux “fréquentations douteuses” de Mme Lévy, elle semble ignorer que l’on peut partager la vie de bandits, sans le savoir et il arrive même que celui avec qui on partage sa vie vous assassine ainsi que les enfants que vous avez eu avec lui ; et sans qu’on se soit douté que la vie et la carrière qu’il prétendait mener était factice. Rappeler aussi – ou plutôt l’informer – que la fréquentation douteuse (en fait, elle n’était plus sa compagne depuis plusieurs mois) Israel Vallarta, n’est toujours pas jugé 7 ans après, donc est présumé innocent. Mais la présomption d’innocence a-t-elle un sens pour elle ? et pour vous ?

 

J. F. LAUNAY 

http://deblog-notes.over-blog.com/

 

Pas de réponse... de même pour un message laissé sur le site de Maître EOLAS, lui demandant s'il existait une nouvelle catégorie de "non coupable, non innocent"...

 

Pour compléter :

Florence Cassez : le mythe, le dossier, le jugement

"Même au sein d’une certaine intelligentsia sensibilisée aux pratiques abusives de la police et à l’aveuglement de la justice, il était de bon ton de proclamer la culpabilité de Florence Cassez. Vautrés dans le fantasme de la jolie criminelle étrangère qui cache bien son jeu, certains écrivains et professeurs d’université ont aussi vu dans cette affaire l’occasion de prendre le contre-pied de la France et de dénoncer son ingérence dans la justice d’un pays souverain. De ce fait, ils passaient à côté du sujet, un sujet exclusivement mexicain : l’absence de justice."

[...]

 « La violation des droits fondamentaux a vicié tant la procédure en elle-même que ses résultats », affirme la Cour.

La théorie des « simples vices de procédure » s’effondre. Les témoignages sont irrémédiablement corrompus. Ils serviront pourtant de matière première à la formation d’un tribunal médiatique, qui condamne sans procès.

Extraits

 

Ma vérité sur l’affaire Cassez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Policiers corrompus, espionnage, tortures, falsifications, monde médiatique et politique pris en otage : on se croirait dans un polar. Pourtant, c’est une histoire vraie que nous raconte l’affaire Cassez.

cliquer pour agrandir l'article

cliquer pour agrandir l'article

« Les arrestations sans fondement, les témoignages peu cohérents et les preuves fabriquées sont légion », dénonce le politologue Virgilio Bravo (Institut technologique de Monterrey), qui compare le cas Patishtan à l'affaire Florence Cassez. Après sept ans d'emprisonnement pour complicité d'enlèvements, cette Française a été libérée, le 23 janvier, par la Cour suprême, en regard du non-respect de ses droits fondamentaux.

 

Le souhait de Florence Cassez de voir sa libération être le prélude de celles de beaucoup d'autres victimes d'une justice qui ne mérite pas ce nom vient de se traduire par une grâce présidentielle en faveur d'Alberto Patishtàn.

 

 

 

Courrier International du 14 juin 2018 rend compte du livre de Jorge Volpi "Una novela criminal" [“Un roman criminel”, inédit en français], inspiré par «El teatro del engaño» : dénonciation d'une mise en scène judiciaire par la journaliste Emmanuelle Steels ; il reprend l"affaire Florence Cassez sous la forme d'un 'roman non fictionnel'.

 
Florence Cassez face aux têtes d’haineux
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 21:10

florence-cassez-arrestation-bidon

 

« Je ne me suis pas plongé dans les méandres du dossier judiciaire de Florence Cassez. Les medias français non plus, qui mutiplient les interviews de la prisonnière, en se contentant de répéter paresseusement, pour tout rappel des faits, qu'elle"clame son innocence". Tout au plus, en épluchant la presse mexicaine (lecture obligée, puisque la presse française croirait se rendre coupable d'outrage au patriotisme en faisant ce travail), tout au plus, donc, avions-nous établi ici-même qu'il existe, hélas, des éléments laissant penser que Cassez s'est bel et bien rendue complice d'enlèvement et séquestration. Que son cas, ensuite, ait été pris en otage par l'obsession sécuritaire qui habite manifestement le gouvernement mexicain, que des erreurs de procédure aient été commises, qui méritaient la cassation, c'est possible. La Justice mexicaine a jugé le contraire. Ni l'indépendance de notre propre Justice, ni notre propre préservation de toute pratique de corruption, ne mettent hélas (encore) la France en position d'exiger quoi que ce soit, de la Justice ou du pouvoir mexicain. » Voilà ce qu’écrivait Daniel Schneidermann  dans une chronique matinale du  15 février 2011 d’Arrêt sur Images. Outre que l’accusée, dans ses entretiens, ne se contentait pas de clamer son innocence, Libération dans un article signé de Léonore Mahieux, à Mexico – qui doit peut-être aussi s’intéresser à la presse locale – dénonçait l’invraisemblable affaire Cassez.N’ajoutons pas que le procureur aurait pu, sans se plonger dans les méandres du dossier, lire l’article de wikipedia (mais ça doit être du dernier ringard que de se documenter sur wikipedia).

 

 

La mise en scène du « flagrant délit »

florence cassezGenaro García Luna,à l’époque chef d’une sorte de GIGN mexicain, pour la mise en scène, fait mieux que notre Hortefeux quand il convoque la presse pour une opération à grand spectacle dans une cité de banlieue. Là, c’est arrestation en direct, libération d’otages et découvertes de stocks d’armes devant les caméras de TV Azteca et Televisa ! Le matin du 9 décembre 2005 au ranch d'Israël Vallarta, la police arrête, en flagrant délit, Florence Cassez et son ex-compagnon car trois personnes kidnappées étaient retrouvées sur les lieux : Ezequiel Yadir Elizalde Flores, Cristina Ríos Valladares et son fils Cristian Ramirez Rios âgé de 10 ans. Pour les deux chaînes de télé, la française rousse est coupable, forcément coupable !

 

Sauf que toute cette opération est bidon. C’est le 8 décembre 2005, qu’elle a été arrêtée sur une autoroute à une cinquantaine de kilomètres de Mexico en compagnie d'Israel Vallarta Cisneros. La voiture ne contenait pas d’armes. Quant à la présence d’otages dans une cabane de jardin, elle est invraisemblable. Le jardinier et un couple voisin possédait la clé de la cabane et n’y ont jamais vu trace de personnes séquestrées.

 

 

Les témoignages sont donc les seuls éléments sur lesquels dit s’être appuyée la Justice mexicaine, après que Genaro García Luna, confondu en direct par sa victime Florence Cassez, a dû avouer le trucage de l’arrestation. Mais c’est justement peu après cette émission, où F. Cassez était intervenue téléphoniquement, que deux des témoins retrouvent bizarrement la mémoire. Seul Ezequiel Yadir Elizalde avait, d’entrée, reconnu F. Cassez ; ses versions successives et un mensonge flagrant rendaient son témoignage peu crédible. Mais, trois mois après, Cristina Ríos Valladares et son fils reconnaissent formellement F. Cassez, à cause de son accent français.

 

FlorenceCassezElUniversal07032009Portadav255  « On constate, en révisant le registre d'entrées du parquet chargé de la délinquance organisée (Siedo), que la famille y a passé toute une journée en compagnie des policiers qui ont participé au montage [de l’arrestation bidon]. Il n'existe pourtant aucune déposition datée de ce jour-là, seul motif possible de leur présence sur les lieux. Pourquoi ont-ils été convoqués par la Siedo quelques jours avant de changer radicalement leurs déclarations ? » *

Florence Cassez est donc condamné à 90 ans, ramenés à 60, pour enlèvement, séquestration, délinquance organisée et possession d'armes à feu et de munitions à l'usage exclusif des forces armées sur la base de ces seuls témoignages.

 

Le complice toujours pas jugé

Aussi machiavélique que certains médias mexicains la présentent, elle n’a pu faire ces enlèvements seule. Elle aurait au moins un complice avéré, son ex-amant, Vallarta (qui, au demeurant l’innocente). Les deux auraient dirigé un gang du Zodiac. « Si Vallarta a avoué être un kidnappeur, une expertise de la Commission nationale des droits de l'homme du 9 décembre 2005 indique qu'il a été torturé : multiples traces de coups, brûlures sur les parties génitales, etc. Il est accusé d'être le chef et le négociateur. Mais une expertise indique que la voix enregistrée lors des négociations n'est pas celle d'Israël Vallarta. »*

 

Surtout, Vallarta n’a pas été jugé en même temps que sa prétendue complice. Il n’est toujours pas jugé. La justice mexicaine aurait-elle voulu démontrer son iniquité qu’elle ne s’y prendrait pas autrement : elle juge la seule francesa et non l’ensemble de la bande à commencer par celui qu’on présente comme son chef.

 

Pression politique sur les juges ?

 

Mais, Florence Cassez a aussi perdu devant l’équivalent de la Cour de cassation et Arrêt sur images, décidément anti-Cassez, de citer un ex-commissaire, Georges Moréas : "Les défenseurs de Florence Cassez montrent du doigt la justice mexicaine, cherchant à démontrer qu’elle est assujettie au pouvoir politique", écrit Moréas. (...)" Pourtant, les trois hauts magistrats qui viennent de prendre la décision de refuser l’amparo déposé par la jeune femme semblent des personnalités respectables du monde judiciaire, et non des béni-oui-oui du régime".**

 

florence cassez proceso

 

Sauf erreur, @si oublie de citer, en contre-point, Courrier International : « Selon l’hebdomadaire Proceso, la justice mexicaine aurait subi de fortes pressions politiques dans l’affaire Florence Cassez. Le secrétaire du président Felipe Calderón, Roberto Gil Zuarth, aurait rencontré le président de la Cour Suprême et trois magistrats du septième tribunal de Mexico le 10 février, quelques heures avant que ce tribunal émette son verdict concernant le pourvoi en cassation déposée par la Française. "Si Cassez est déclarée innocente, cela entraînera non seulement la chute du ministre de la Sécurité Publique Genaro García Luna, mais cela contribuera à réduire à néant la lutte du gouvernement contre le crime organisé", aurait déclaré Roberto Gil Zuarth. Le journal ajoute que les magistrats nient avoir participé à une réunion de ce type. »

 

 

« L'affaire Cassez : un enchevêtrement d'histoires qui, toutes, ressemblent à celle du protagoniste d'un documentaire mexicain intitulé "Présumé coupable". L'avocat et réalisateur, Roberto Hernandez estime que, dans son pays, "l'injustice est légalisée. C'est un système dans lequel on t'arrête sans mandat d'arrêt et on t'accuse sans preuves".

Des violations qui sont monnaie courante au Mexique, n'en déplaise à tous ceux qui osent, en ces temps de crise diplomatique, défendre la justice et la police mexicaines. Et ce n'est pas minimiser les failles de la France que de dénoncer celles du Mexique. »*

 

 

* Citations tirées de la remarquable tribune « Au Mexique, l’arrestation de Florence Cassez n’est qu’un montage médiatique et policier » de Léonore Mahieux, Emmanuelle Steels et Anne Vigna, toutes trois correspondantes de la presse française au Mexique (Le Monde du 23/02/11)

 

** Les commentaires qui suivent l’article sur son blog sur l'affaire Florence Cassez sont pour beaucoup affligeants de beaufitude.

 

Pour compléter :Preuves Fabriquées/Culpabilité fabriquée (article de Proceso du 06/XII/2009)

 

Le frère de l’ex-amant de Florence Cassez ayant été arrêté fin avril 2012 la police mexicaine diffuse une Fausse info : Mario Vallarta n’a pas accusé Florence Cassez (rappelons qu’Israel Vallarta n’a toujours pas été jugé, alors que F. Cassez était censée être sa complice).

 

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.