Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 21:13

Secret de l’instruction bafoué, PV truqués, fausse signature d’un rapport, affaire de corruption étouffée, méthodes dignes de la Stasi… c’est l’IGS, surnommée police des polices ! Il serait temps de mettre un grand coup de balai dans cette pétaudière.

 

yannick-blanc-devant-le-prefecture-de-paris-enYannick Blanc

 

Quand, dans l’évêché crotté du bas-Poitou, on remonte la rue neuve des Capucins, on tombe, au coin de la rue de l’hôtel de ville, sur une ancienne maison bourgeoise en ruine. Naguère un ventrachoux anar local y avait inscrit « Police pourrite » ! Après tout les bénitiers proches de la cathédrale contenaient bien de l’eau bénite et la cathédrale, elle-même, des culs-bénits. Pourquoi pas ce « pourrite », fruit(?) de la pourriture ?


Peu d’échos toutefois sur cette prétendue police des polices qui mériterait bien ce qualificatif de pourrite. Jusqu’à l’os. Jusqu’à la moelle.


Une polémique bidon a bouzzé sur un « sale mec » dont Copérano a feint de faire un casus belli. On nous a rebattu les oreilles de flics ripoux dont le tort premier fut d’avoir frayé avec DSK (au fait, le fameux « Dodo la saumure » aurait été relâché de sa mise en détention sans aucune inculpation, par les belges). Un « grand policier à l’ancienne » de Lyon qui était accusé lui de frayer d’un peu trop près avec des bandits que l’on suppose aussi « à l’ancienne », modèle Audiard, a fait la une des JT. En revanche, ce scandale des scandales que constitue la révélation d’accusations truquées par la police des polices n’a eu qu’un faible écho dans les médias.


L’Inspection générale des services (IGS) a donc monté un « chantier » pour faire la peau de Yannick Blanc et de Christian Massard, avec pour victimes collatérales trois collaborateurs du premier.


Y. Blanc était directeur de la police générale à la préfecture de Paris (PP). Son grand tort était d’être réputé proche de la gauche (il avait notamment fait partie du cabinet de Chévènement). C. Massard, lui, était l’officier de sécurité de Daniel Vaillant, ex-ministre de l’intérieur du gouvernement Jospin. Blanc, ainsi que son adjoint, Bruno Triquenaux, et deux femmes travaillant à la PP depuis des années, Dominique Nicot et Zohra Medjkoune, furent accusés de trafic de cartes de séjour. "L'analyse des 123 dossiers saisis à la police générale fait apparaître que de nombreuses régularisations ont été opérées avec son aval, sinon sur ses instructions, en détournant la législation en vigueur ou pour la convenance personnelle de ses collaborateurs." pouvait-on lire dans une note de synthèse signée de J. P. Delcher, commandant de police. Christian Massard va faire l’objet d’accusations semblables.


Quant aux méthodes, voilà ce qu’en dit D. Nicot :  "Les policiers de l'IGS ont agi comme la Stasi. Je les revois faire irruption dans mon service, jouant les cow-boys, comme dans un mauvais film". "Les policiers voulaient que je dise des choses n'ayant jamais existé, témoigne Z.Medjkoune (…) ils ont déboulé dans le bureau en donnant des coups de pied dans la porte, criant devant les collègues qu'on était une bande d'escrocs. …" Les enquêteurs auraient insulté la mémoire de son père, un harki. Ils ont été jusqu'à lui amener son fils, alors qu'elle était en garde à vue. "Je n'ai même pas eu le droit de l'embrasser…"


Comme le rappelle Y. Blanc "Des moyens procéduraux considérables ont été employés, dont des écoutes téléphoniques. (…)  Le juge d'instruction, Michèle Ganascia, a instruit uniquement à charge."


ClaudeBrard IGSEn toute illégalité, Claude Brard, à l’époque n° 3 de l’IGS, fait état de prétendus aveux de C. Massard, pendant une garde à vue de 48 H (donc dans le cadre d’une instruction judiciaire, garde à vue où il est traité de façon particulièrement indigne) : "M. Massard a reconnu avoir été sollicité par une personne défavorablement connue (…) être intervenu et avoir reçu des cadeaux (…) [avoir fait] réalisé des travaux non déclarés à son domicile…" Mensonges délibérés : Massard a nié ces faits lors de son audition. L’accusation de travaux non déclarés sera étoffée, par un commissaire principal de l’IGS : effectués par "un ressortissant étranger" dont l’épouse aurait obtenu un titre de séjour par son intervention. Et c’est sur ces bases que l’officier sera traduit devant un conseil de discipline (avec l’aval du directeur de cabinet de Péchenard, l’ami d’enfance que Sarko a placé à la tête de la police). (Le Monde 17/01/12)


"Un non-lieu a été prononcé collectivement en janvier 2011 par la chambre d'instruction [de la cour d'appel de Paris], qui a dessaisi le juge d'instruction. Une telle décision est très rare" .(Y. Blanc)


La "police des polices", a donc sciemment fabriqué, en 2007, toute cette fausse  procédure : le secret de l’instruction a été violé, plusieurs procès-verbaux ont été truqués, des retranscriptions d'écoutes téléphoniques caviardées, des déclarations déformées, sans parler des pressions sur des témoins.


Le comble du cynisme est atteint quand on s’aperçoit que des beaufs, pardon des boeuf-carottes ont falsifié la signature de la synthèse-bidon des PV et écoutes truquées. Du faux puissance 2 ! Elle est signée de Jean-Paul Delcher : il est donc mis en examen (le seul d’ailleurs) pour ce texte. "Je ne suis ni l'auteur ni le signataire de ce papier (…) ce n'est pas mon style. Quand j'étais commandant, je ne rédigeais pas de façon aussi incisive. Pour moi, ça, c'est un acte d'accusation. Les accusations portées sont extrêmement graves." "Si je vous ai bien entendu, s'est étonné le juge, le document du 19 décembre 2007 est un faux. Donc, on fait des faux à l'IGS?" "Oui, c'est un faux. (…) Ma confiance a été trahie". "Par qui?", a demandé le magistrat. "Par la hiérarchie. Au-dessus de moi, il y a un commissaire et un coordonnateur des services judiciaires. C'est l'un ou l'autre." Ce coordinateur n’est autre que Claude Brard, devenu patron de l’IGS !


« Les policiers de l’IGS conservent tout mon soutien »

Michel-Gaudin


Si le commandant Massard a finalement été réintégré, si Yannick Blanc a lui rejoint la région Île de France (Dr adjoint du cabinet de J. P. Huchon), ni Dominique Nicot, ni Zohra Medjkoune n’ont été réintégrées. Pas plus que Bruno Triquenaux : ce gaulliste historique fréquentait Henri Guaino  : "Je l'ai eu téléphone, récemment, je lui ai demandé de m'aider. Il m'a dit qu'il fallait d'abord que je retire mes plaintes". Eh oui ! Guaino, ce paragon de vertus républicaines fait pression sur une victime.


Michel Gaudin*, Préfet de police, qui a notamment sanctionné B. Triquehaux n’est au courant de rien. Il respecte scrupuleusement le secret de l’instruction et la présomption d’innocence. Donc, il clame : "Les policiers de l’IGS conservent tout mon soutien".


Claude Guéant, qui était, au moment du départ de la manip, encore directeur du cabinet de Sarkozy à l’intérieur et dont un ex-collaborateur, Eric Meillan (ancien de la DST), avait été mis à la tête de l’IGS, dit vouloir poursuivre B. Le Roux, député PS, pour avoir dit qu’il ne pouvait pas ne pas avoir été informé. Meillan lui-même prétend : "falsifier un PV ce n’est pas le genre de la maison". Prière de ne pas rire !


Présomption d’innocence ou pas, il est avéré que cinq fonctionnaires ont été injustement soupçonnés et pour quatre d’entre eux virés. Ce ne sont ni eux, ni les vilains socialistes qui disent que des PV, écoutes, etc. ont été truqués, mais la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris. M. Gaudin ne peut l’ignorer.


Il est plus que temps de s’interroger sur cet IGS et sa jumelle l’IGPN, prétendues police des polices, mais qui ne jouent, en temps ordinaire que le rôle de gomme à bavures.
Il est plus que temps de supprimer ces services discrédités et de mettre en place une instance indépendante, sous la direction de magistrats du siège, avec de véritables services d’enquêtes indépendants du ministère de l’intérieur.

Pour que la police redevienne un vrai service public !

 

* Gaudin argumente que le pouvoir n'avait pas besoin d'entamer une procédure contre Y. Blanc, puisqu'il était sur un poste à la discrétion de l'exécutif. Mais "Sarko m'a tuer" montre bien cette volonté perverse de Sarko d'ajouter l'humiliation à l'arbitraire ! 

 

Sources :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/11/la-police-des-polices-au-c-ur-d-un-scandale-judiciaire_1628115_3224.html 


http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/11/comment-le-chantier-monte-par-l-igs-s-est-retourne-contre-les-policiers_1628113_3224.html  

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/11/quatre-fonctionnaires-brises-par-l-affaire_1628133_3224.html#ens_id=1628126  

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120112.OBS8628/scandale-a-l-igs-l-ex-directeur-de-la-police-accuse.html

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/14/affaire-de-l-igs-un-policier-accuse-ses-superieurs-de-faux_1629696_3224.html#ens_id=1628126  

 

 

Enquête réalisée par les auteurs de « sarko m’a tuer »


Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Mises au clair
commenter cet article

commentaires

les cafards 21/01/2012 07:28

la curiosité nous a fait pousser la porte de ce blog et on ne le regrette pas ! sacré bon boulot !

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.