Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 08:53

 

 Deux titres du site du Nel Obs : « SONDAGE. Hollande distance toujours Sarkozy » et « Sondage. L'écart entre Hollande et Sarkozy se resserre » et cela à 8 h d’intervalle, mais aussi à IPSOS et CSA de différence ! L’UMPiste se lamente, puis exulte !

Juppé, le 21/02, au Grand Journal, alors qu’Aphatie lui sortait le tout frais sondage d’IPSOS, paru dans Le Monde daté du 22, dont on pouvait déduire que l’entrée en campagne du sortant avait fait flop, répondait avec un petit sourire qu’un sondage pouvait en chasser un autre. En avait-il un sous la manche, bien sûr que non répondit le tartuffe qui connaissait déjà celui du CSA.

SondageIPSOS 21-1-02-12 1

Or donc, selon l'IPSOS, François Hollande (PS), au 1er tour, distançait toujours nettement Nicolas Sarkozy (UMP) avec 32% contre 25%, (sondage effectué après l'entrée en campagne officielle du candidat-sortant 17 et 18 février). Scores stables par rapport au précédent sondage.

sondageCSA-22-02-12 01

 

En revanche, François Hollande n’a plus qu’un point d’avance sur Nicolas Sarkozy au 1er tour de la présidentielle, perdant deux points à 28% tandis que son adversaire en gagne un à 27% (sondage réalisé le 20 février) si l’on en croit CSA.


La prestation à TF1 tenait du Waterloo, morne plaine électorale, mais Marseille a fait se lever le soleil d’Austerlitz dans les cœurs des godillots ! Eh oui : les godillots ont un cœur !


Ça n’a pas raté : les éléments de langage ont été envoyés aux UMPistes de sevice. Petit échantillon de réaction sur le 2e article du Nel Obs en ligne : ce que nous remarquons en cet instant T c'est la progression inexorable du président , certains journalistes et politologues commencent à évoquer sous le manteau la défaite d'hollande , comme ils l'avaient prédit pour royal en janvier 2007
alors vous pouvez nous sortir toutes vos prospectives mais seul les faits , rien que les faits , sont indéniables
(copié/collé du commentaire).


Nous n’aurons pas la cruauté de rappeler à cet enthousiaste, un peu forcené, que même dans le sondage CSA, des nuages atténuent le soleil du futur triomphe de son champion.

Si l’on en croit, le Nel Obs 59% jugent que ses valeurs et thèmes de campagne sont "plutôt de nature à diviser les Français ; 56% estiment que les propositions du candidat "ne correspondent pas" à la politique qu'il a menée à l'Elysée ; 58% le trouvent "plutôt pas convaincant" quand il parle des réformes en général 64% quand il s'agit de son bilan, 62% quand il s'agit de la formation et de l'indemnisation sous conditions des chômeurs, 63% s'agissant du recours accru au référendum, 69% lorsque Nicolas Sarkozy parle "des problèmes des gens comme vous".


S’agissant des deux principaux concurrents, si l’on tient compte d’une marge d’erreur de 3 points, IPSOS peut donner 29/28 et CSA 31/24 ou, à l’inverse, 35/22 et 25/30 (on imagine nos UMPistes sur la dernière hypothèse).


En revanche, cette double photo avec des ‘optiques’ un peu divergentes, donne le même arrière-plan : une Le Pen à 16-17%, stable, un Mélenchon à 9% qui progresse, mais surtout un Bayrou qui n’arrive pas à faire décoller sa campagne à 11%.


C’est à juste titre qu’ils peuvent dénoncer une exposition médiatique défavorable. Si l’on en croit le sourcilleux CSA (pas le sondeur, le Conseil supérieur de l’audiovisuel), paradoxalement c’est le candidat qui n'était pas encore déclaré officiellement et, grâce à cela, bénéficiait d’un décompte tarabiscoté, le sortant, qui bénéficie de la plus grosse part à 34,6%, suivi de près par Hollande à 32,7%. Sans parler d’Eva Joly quasi invisible avec 4,3%, Bayrou avec 9,2%, Mélenchon avec 6,7% et surtout Le Pen avec 6,1% ont été à la portion congrue (relevés du 01/01/12 au 10/02/12). Qu’en serait-il si, comme le réclame un Aphatie et quelques autres, le principe d’équité n’était pas affirmé ?


Ce qui ressort, cependant, c’est qu’à ce jour, les deux favoris ont fait le trou. Mélenchon ne menace pas Hollande à gauche. Le Pen patine, acculée par la campagne ultra-droitiste inspirée par deux traîtres, Buisson et Peltier, à tenter de défendre son capital électoral. Et Bayrou, alors que le terrain au centre est débarrassé de toute candidature de diversion, alors que le discours quasi FN du sortant devrait révulser les humanistes, n’engrange pas, pour le moment au moins, les voix de la droite modérée.


Les sondeurs n’ont pas fini de sonder et demain l’IFOP, la Sofres, Harris, LH2… nos modernes Pythies nous donneront d’autres scores, d’autres tendances, jusqu’à ce que le sondeur suprême, l’électeur, donne le verdict.

Mais, il faut quand même se méfier d’un martèlement de l’UMP et de ses agents d’influence qui peut provoquer un « bouze » dans le monde médiatique qui a tôt fait de parler de « trou d’air » au moindre infléchissement.

 

 

En complément de ces dissonances sondagières, il est intéressant de voir, à partir de l'évolution du score de F. Hollande, le profil de ces instituts :

 

sondage_Hollande1.jpg

 

Sur plus de deux mois les divergences s'affirment, avec Opinion Way, Harris et CSA plus sévères, à l'opposé LH2 et IPSOS plus flatteurs, la montagne russe avec BVA, IFOP dans l'entre deux et SOFRES inexistante. (source : infographie du Nel Obs)

 

Pour compléter

Sondages : "Quelque chose ne va pas" (Le Monde)
Par la rédaction le 24/02/2012 @si


 

Pour les sondeurs, la situation est embarrassante. Les intentions de vote qu'ils mesurent pour le premier tour de la présidentielle divergent très fortement d'un institut à l'autre. Et même dans des proportions "plus importantes que ce que l’on observait par le passé", selon Brice Teinturier, le directeur d'Ipsos. C'est ce que relève Le Monde dans dans une double page ce week-end.

Pour l'institut CSA, l'écart d'intention de vote entre les deux principaux candidats s'est réduit depuis la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy. Il n'en est rien d'après l'Ipsos, pour qui les sondages sont restés stables. Au premier tour de l'élection, Ipsos classe ainsi Sarkozy et Hollande à sept point d'écart (25% contre 32%), tandis que CSA ne voit qu'un petit point entre les deux (27% contre 28%). Chose rare, même les sondeurs semblent reconnaître l'étrangeté de la situation. Pour Roland Cayrol, cité par Le Monde comme ancien sondeur "quelque chose ne va pas."

La Commission des sondages n'y voit pourtant "aucun défaut de qualité" ni "aucune irrégularité."

Le Monde du 25 février 2012

 

Alors comment expliquer de tels écarts ? La date à laquelle ont été menées les enquêtes d'opinion n'est pas la même, et le meeting du candidat-président était entre les deux, ce qui a pu jouer. Autre explication, la façon dont est administré le questionnaire aux sondés, sur internet ou par téléphone. Enfin, la méthode de redressement employée n'est pas la même selon les instituts, qui gardent jalousement secrets leurs procédés en la matière.

En outre, Le Monde revient aussi sur la difficulté qu'ont les sondeurs pour évaluer les intentions de vote du Front National. Et même si, selon Frédéric Dabi de l'Ifop, "le vote FN est de plus en plus dicible" (inimitable jargon), Marine Le Pen, elle, assure qu'"au téléphone, il y a encore une gêne, les gens se disent «Ils ont mon numéro.»"

 

A Voir : un "agrégateur de sondages" qui tient compte de tous les sondages et lisse ainsi les résultats : http://sondages2012.wordpress.com/about/


Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.