Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 11:20

ecole2Une enseignante d’un Lycée professionnel de Béthune est morte quelques jours après une tentative de suicide. Le « Café pédagogique », d’habitude mieux inspiré, comme une contributrice du Plus (Nel Obs), a rebondi sur ce fait divers. Oubliant, qu’à chaud, les réactions ne sont pas très propices à la réflexion.


Le décès qui a eu lieu le 19 octobre a été annoncé par un syndicat autonome des LP le 23. Si l’on en croit L’Humanité – mais sa version est identique à celles d’autres médias - "Sa dernière volonté était que personne de l'Education nationale ne soit présent à ses obsèques". La sœur de cette enseignante de 48 ans a retrouvé sur son ordinateur un brouillon de courrier électronique dans lequel elle évoque sa souffrance professionnelle. "Dans ce message, elle expliquait que ça n'allait pas cette année parce qu'elle avait des classes surchargées à 36, qu'elle avait un emploi du temps assez lourd et qu'elle se sentait oppressée par la hiérarchie de l'établissement", a indiqué Sylvie Vinsard (secrétaire académique du syndicat autonome). Elle craignait également que son poste soit supprimé à la prochaine rentrée scolaire, ce qui l'aurait contrainte à redevenir titulaire sur zone de remplacement (TZR), c'est-à-dire destinée "à parcourir les deux départements du Nord/Pas-de-Calais".


Une histoire individuelle sur laquelle Le Café pédagogique assène quand même : Personne ne sait grand chose sur les motivations de Marielle. Mais tout le monde reconnaît que cette enseignante de 48 ans, en mourant, a désigné l'institution scolaire. Dans ce qu’elle aurait écrit, elle désigne d’abord une politique (classes surchargées et emploi du temps lourd, c’est le résultat d’une politique affichée de suppressions de postes), puis la hiérarchie certes mais de l’établissement. Certainement qu’elle n’a pas bénéficié d’une écoute de l’équipe de direction, comme le dénonce la responsable syndicale, mais pas non plus de cette syndicaliste qui travaillait dans le même lycée.

A ce sinistre jeu de la culpabilisation le risque de dérives dangereuses est grand.

ecole en danger


Un mal être enseignant

 

Qu’il y ait un mal être enseignant n’est pas étonnant. Comment échapperaient-ils au pessimisme qui mine l’ensemble du corps social. Paradoxe français, alors que ce pays contrairement à ses voisins maintient un taux de natalité relativement élevé – indice d’une confiance dans l’avenir – il est l’un des plus inquiets sur le futur qui attend ses rejetons.


Que le mal être enseignant ait des causes plus spécifiques des rapports cités par Le Café pédagogique le démontrent. Tout en appelant à la nuance. Ainsi l'enquête menée par Eric Debarbieux et Georges Fotinos en 2011 et qui porte sur 11 820 enseignants du premier degré montre que 92% des enseignants trouvent le climat scolaire de leur école bon ou plutôt bon. La situation n’est évidemment pas toute rose. Ainsi un enseignant sur sept (15%) souffre d'ostracisme de la part de ses collègues ou de harcèlement là aussi fréquemment de la part de collègues. Un bon tiers dit se heurter à des élèves gravement perturbés. Et huit sur dix critiquent, si j’en crois la synthèse du Café, de façon virulente la hiérarchie. Et l’Inspecteur (IEN) est la première cible. Sauf que ses injonctions sont celles de la politique ministérielle. L’exemple des évaluations est pris, mais l’abandon calamiteux des évaluations 6e est dû à une décision arbitraire et absurde de Darcos (et c’est le moindre de ses exploits puisqu’il aura supprimé la formation professionnelle des enseignants et instauré la semaine de 4 jours en primaire).


L’apparente rébellion contre la paperasse peut aussi cacher un rejet d’évolutions que les pédagogos comme dit élégamment Jacques Julliard ont prônées. La notation-sanction est plus facile à manier que l’évaluation des compétences qui nécessite des grilles d’observation jugées fastidieuses. La recherche d’un consensus sur un projet d’école ou d’établissement est plus chronophage que la pratique individualiste du métier…


Dérive autoritaire et caporalisme

 

La dérive autoritaire que Darcos symbolisa, mais que Chatel, avec un peu plus d’onctuosité, a poursuivie (et qui s’inscrit dans une continuité) est indéniable. La transformation des Inspecteurs d’Académie - Directeurs Départementaux, en pleine responsabilité du primaire et, en partie, des collèges – en subordonnés directs de recteurs qui devaient s’inscrire dans une « culture du résultat », en l’espèce les suppressions de postes, est symptomatique d’une reconcentration. Le refus de fait de tout dialogue social a aussi marqué ces dernières années.


Pour autant, écrire qu’il faut changer la culture de l'encadrement que 10 ans de gestion autoritaire ont fait glisser vers le discrédit et le caporalisme relève peut-être d’une globalisation excessive. Entre les impulsions brutales d’un Darcos et la gestion du Principal du collège de Montcuq* (Lot), il n’y a pas, obligatoirement une transcription caporaliste. Et même des Recteurs peuvent, comme celui d’Aix-Marseille, J.P. de Gaudemar,  devenu conseiller de François Hollande, infléchir dans leur académie, les injonctions de leur ministre.


Un pouvoir de nuisance réduit

ecole3

Globalement, le pouvoir de nuisance que certains prêtent aux Inspecteurs ou personnels de direction est - faut-il le rappeler ? - très faible. Les Inspecteurs n’inspectent les enseignants – prévenus une semaine à l’avance – qu’une fois tous les 6 ou 7 ans, au mieux.

Les personnels de direction n’ont aucune autorité pédagogique officielle : le recrutement direct des personnels par le chef d’établissement envisagé pour les établissements difficiles est, pour le moment, et sans doute pour longtemps, dans les cartons. Ne parlons pas de la notation dite administrative qui est une pure mascarade. Mais s’ils ne peuvent agir directement dans la classe, ils ont une intervention pédagogique plus globale avec la constitution des équipes enseignantes de chaque classe – la répartition de services dans notre jargon – l’équilibre des emplois du temps, l’animation des conseils de classe, du conseil pédagogique, etc. Un prof peut donc se dire qu’il n’a que des classes pourries, un emploi du temps à trous et que son avis est méprisé en conseil de classe…


Ne tirez pas sur le pianiste

 

bonnetdaneQue certains chefs d’établissement ne soient pas à l’écoute des personnels, emportés qu’ils sont, non par le caporalisme – les personnels se plaindraient plutôt de ne pas assez les voir que trop – mais par le désir de développer leur établissement, de faire prospérer leur GRETA, de se faire valoir au Rectorat par leur présence dans les équipes de formation des futurs personnels de direction, etc. est indéniable. Mais s’ils bénéficient d’un (ou d’)adjoint(s) présents sur le terrain le climat du lycée peut être parfaitement vivable.

Quelques-uns peuvent être de redoutables petits tyranneaux. Sont-ils plus nombreux que les enseignants qui abusent de leur autorité ou sabotent leur travail ?

Certains, dans les établissements difficiles où le collège est souvent le seul service public qui reste, sont d’anonymes héros ; vivant sur place, présent avec leur adjoint et/ou CPE à l’entrée du collège, vigilant dans la journée à juguler tout incident, s’efforçant de créer ou maintenir un esprit d’équipe chez tous les personnels, ils s’usent souvent à la tâche.

Mais le plus grand nombre des chefs et adjoints sont des professionnels, tout simplement, pour la plupart d’ailleurs issus des corps enseignants, professionnels qui se servent d’outils un peu plus perfectionnés que le pifomètre, tels que les indicateurs de pilotage, qui ne sont pas tous non plus adeptes du doigt mouillé pour se mettre dans le sens du vent rectoral. Ils s’efforcent, avec plus ou moins de succès, d’impulser un projet d’établissement. Ils ont souvent l’impression que le rocher qu’ils ont poussé en haut, leur retombe sur les pieds.


Mais comme disait Albert Camus « Il faut imaginer Sisyphe heureux ». J’ajouterai quand même « Ne tirez pas sur le pianiste » même s’il commet quelques fausses notes. Et n’en faites pas un trop facile bouc émissaire.

 


*Choix tout-à-fait arbitraire ou plutôt dû à un souvenir encore vif d’un reportage de Daniel Prévost, pour « Le Petit Rapporteur », dans cette charmante commune.

 

TAgrainphoto.jpg

Pour ceux qui voudraient aller plus loin deux ouvrages toujours d’actualité :


 

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Actualité éducative
commenter cet article

commentaires

BA 03/11/2012 23:03

Heureusement que les suicides d'enseignants sont rares, tout comme les agressions violentes dont ils sont parfois l'objet (et dont les medias font leurs chous gras): mais la violence est souvent
appelée par la violence, et la violence quotidienne de la plupart des enseignants envers les élèves est LE MAL qui ronge notre système. C'est cela qu'il faut dénoncer bien plus que l'absence de
pouvoir des personnels de direction, qui n'en peuvent mais.
Je partage ta défense des PD, JFL, mais pas celle des inspecteurs: ils font plus de mal que de bien aux profs; non pas en les inspectant, ce qui est rare, heureusement (car ce n'est pas de ce type
d'évaluation qu'ils ont besoin), mais en les formatant.
Quant à ton cousin, j'aimerais le connaître, car il a du tempérament et du style: il faut lire au-delà des invectives, car il ne dit pas que des konneries!
Sauf s'il est mélenchonien, rien ne peut lui être pardonné...!

J.-F. Launay 04/11/2012 08:58



Ma défense des PD était nuancée, car de fait il y a qq tyranneaux. Ton attaque des Inspecteurs mériterait de l'être.


Il m'étonnerait fort que le mien cousin soit mélenchonnien.



JFL 01/11/2012 11:08

Toujours du mien cousin : "J'aime bien les 50° meuglants, une vraie trouvaille Kamarad Director, Pour les pauvres P.D. perdus dans leur sinistre logement de fonction (souvent confortable), je
connaissais, j'ai même fréquenté ( Ach pactise affec l'ennemi, contre un mur, fussillé.) Mais ce n'est pas une raison, dans toute armée, et l'Educ en est une ne t'en déplaise, pour avoir fréquenté
les deux, je peux en témoigner, la troupe ne fraternise JAMAIS avec sa hiérachie. C'est une loi d'airain. Suis bien surpris que tu l'ignores. Ne parlons pas des mouches inutiles.
Vale"

J.-F. Launay 01/11/2012 11:12




La Konnerie, ce n’est pas comme la Konfiture : tu n’es pas obligé de l’étaler ! très cher Kousin. 



Heureusement que je n’ai pas eu à me colleter des profs de ton espèce... quoique... les grandes gueules de salles des profs sont souvent, hors public, des plus courtois...



Puis-je te rappeler que ce qui est excessif est insignifiant ?



JFL 31/10/2012 14:08

Reçu par courriel d'un mien cousin :
"Que nenni, à cul les ptits chefs : inspecteurs (et pas que d'Académie) , les P.D. ( bien trouvés) , que des bouches inutiles, de vains collabos, des gueules grandes ouvertes qui soufflent les
mauvais vents de la rigueur, de l'austérité, du sacrifice, du fond de leur bureau douillet, à de pauvres enseignants (es), trouffions solitaires abandonnés face à l'adversité. Dans l'Armée au
moins, le chef de section partage les risques et l'inconfort de sa troupe. Chez nous, non. Cherchez l'erreur. Allez pendons quelque inspecteur et laissons secher sa dépouille dans une cour de récré
pour l'édification des générations à venir, le moral de la troupe s'en ressentira.

Vale."

J.-F. Launay 31/10/2012 14:10



A ce
degré de débilité ça devient du grand art ! Mais sans doute est-ce justement du cinquantième degré meuglant !



Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.