Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 18:16

Dollars ou gratuité ? L'introuvable ligne j@une de l'info en ligne … tel était le titre d’une émission d’@arrêt sur images que Guy Birenbaum, son animateur, présente comme sienne dans son blog (en revanche, dans une réponse à des commentaires, il ne revendique plus du tout sa paternité…).


huffington-post

Au point de départ, les 315 millions de dollars payés par AOL pour racheter le Huffington Post, deuxième site d’information états-unien. Ce que voyant, un certain nombre de contributeurs bénévoles entameraient une class action pour avoir une part du gâteau.


Rue89

La transposition en France – dans l’émission – a souffert d’abord de partir d’un cas pour le moins douteux, mettant en cause un site d’informations, Rue 89, dont on ne connaissait pas l’état de santé financière (Huffington Post ne dégage des bénéfices que depuis l’an passé). En résumé, un certain Hugues Serraf envoyait gratuitement des papiers à Rue 89. De son propre aveu, il le faisait bénévolement car sa situation professionnelle était confortable. Cette situation ayant changé, il demande à Rue 89 de le rémunérer. La proposition faite lui semblant insuffisante, il migre vers un nouveau site d’informations. Un des co-fondateurs de Rue 89, présent, est assez confus quant aux piges ASI-lignejaune3versées aux journalistes et experts. Mais, Gilles Klein, collaborateur d’@si, résumera bien le cas présenté : Seraf n’est pas satisfait de ce qu’on lui propose, il va voir ailleurs. Cependant, l’émission, grâce à l’animateur, va tourner encore en rond un long moment et se transformer insidieusement en procès de Rue 89.



ASI-lignejauneProcès bien orchestré dans certains commentaires. Rue 89 serait un site proche du PS. Pierre Haski, un des co-fondateurs est un ancien de Libé : il fut notamment correspondant à Pékin. Pascal Riché et Laurent Mauriac, deux autres co-fondateurs,  sont aussi des anciens de Libé. G. Klein devenait donc un « ultralibéral » et le comportement de Rue 89 était typique du « système capitaliste » exploitant la main d’œuvre gratuite des contributeurs. Tout cela dans le style d’une « vulgate » pseudo-marxiste à la Thorez, ce qui était rafraîchissant.


ASI-lignejaune2Le confusionnisme de Birenbaum, qui parle déjà de blogueurs pour désigner les contributeurs à un site d’infos, seulement acharné à obtenir du représentant de Rue 89 l’aveu, assez évident, qu’il ne rémunérait pas ces contributeurs volontaires, n’a permis aucune clarification.

 

 


Entre les sites d’informations d’abord. Certains sont des fenêtres officielles d’organes de presse (Le Figaro, Le Monde, Libé, le Nel Obs, L’Express…) ; Le Post, un des plus importants par le flux de visiteurs, est une annexe du Monde (dont les nouveaux propriétaires semblent vouloir se débarrasser). Certains sites, dont @si, Mediapart, etc. sont payants. D’autres, dont Rue 89, parient sur la pub. D’autres encore essaient de s’inscrire dans une logique non marchande comme Agoravox, qui s’adosse à une fondation, ou, sur un créneau plus spécialisé, mais avec une audience remarquable, Le Café Pédagogique, à une base associative.


Dans les derniers cas – Agoravox se situe dans la même logique que celle du mouvement qui a abouti aux logiciels libres – pratiquement tout repose sur le bénévolat des contributeurs. Faut-il rappeler au passage aux marxistes du dimanche que la base du mouvement associatif est l’engagement bénévole ? Faut-il rappeler aussi que d’excellents blogs sont offerts gratuitement au public par des experts, des chercheurs, des humoristes, des journalistes même, comme Maître Eolas, Jean Baubérot, Laurent Mucchielli, Jean-Pierre Rosenczveig, Luc Cédelle, Géhèm et bien d’autres.


La question de la rémunération des blogueurs est doublement absurde. Le « blogueur » proprement dit – celui qui tient son blog personnel – peut essayer de capter de la pub. Le contributeur d’un site d’information – ce qui n’est pas, n’en déplaise à Birenbaum, la même chose – sait parfaitement que c’est impossible.

Peut-on imaginer qu’@si, dans sa grande générosité, paye la petite trentaine de commentateurs, dont je suis, qui phagocytent les « forums » ? « Le Post » mettrait la clé sous la porte avant que le trio Berger-Pigasse-Niel ne le supprime. Les sites des organes de presse supprimeraient tout commentaire s’il fallait les payer. Ils font plutôt l’inverse, puisque le droit de commenter est parfois réservé, comme un privilège, aux abonnés. Les sites d’information qui mettent en relief une contribution bénévole, abandonneraient cette pratique si elle entraînait rémunération.


Triplement absurde même, car le contributeur bénévole d’un site n’a aucun lien contractuel avec ledit site. Certes il s’engage, sans l’avoir lu, à respecter un pseudo contrat général d’utilisation (en gros un rappel du respect de la loi). Mais rien qui implique une quelconque subordination (obligation de fournir sa copie selon tel format, à tel rythme et encore moins sur tel sujet).


Restent les professionnels ou semi-professionnels. Si je prends l’exemple du Post, où je commets quelques articles, les journalistes sont passés, si j’ai bien lu, de 10 à 6 et le site sous-traite sa « modération ». Autrement dit, articles proposés par les bénévoles et commentaires sont soumis à un contrôle extérieur au site lui-même. La rédaction se contente de labeliser quelques articles, comme « vérifiés » et, honneur suprême, « mis à la une ». Il fait appel aussi à des chroniqueurs associés, dont Birenbaum avant qu’il ne (re)prenne son indépendance avec son blog. Ces associés ont-ils droit à une pige ? sur quelle base (aux clics, à la ligne, etc.) ? Les salariés et pigistes sont-ils exploités ?  Birenbaum dit que quand il avait ce statut, il touchait 600€ mois. Avec quelles obligations ? Nul ne sait.


Le contributeur bénévole que je suis peut parfois être irrité de voir une information mise en ligne le 7 avril sur Le Post, reprise par « La rédaction » le 10, sans même que son travail soit « labelisé ». Il se rend compte – si besoin était – que le travail journalistique consiste à reprendre un article (lui-même reprise souvent d’une dépêche de l’AFP). Ma source était lisible par tous, y compris la rédaction, puisqu’il s’agissait de Libé, mais je l’avais complété par un lourd travail d’investigation en allant sur le site… de la collection Lambert, ce qui m’avait permis de constater que Piss Christ avait déjà été exposé en 2006-2007 au même endroit, que l’exposition visée par les intégristes (puis l’archevêque) avait démarré le 12 décembre, enfin que l’exposition comportait de nombreux autres artistes.


Se pose donc une vraie question celle-là, que soulevait Bertrand Le Gendre dans le supplément « télévisions » du Monde daté du 24 avril, de la « valeur ajoutée » par les multiples « sites d’information ». S’agissant des infos « chaudes », comme il dit, c’est le plus souvent la même dépêche d’agence reprise et mise en forme par les journaux, hebdos (et leurs sites en ligne), les radios, quelques sites (d’autres se contentant de reprendre un article qui lui-même reprenait la dépêche). On en a même une caricature, quand une rumeur non vérifiée, comme celle de l’encloquage de Carlita, est reprise ad nauseam avec de feintes pincettes, parce que ça fait du bouzze...


« Comment sortir de ce carcan de l’information formatée, décalquée à l’infini ? » C’est une bonne question… de mon point de vue meilleure que celle que posait la « ligne jaune ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Mises au clair
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.