Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 21:30

pape_pagina12.jpg

 

Le grand air de la calomnie, orchestré par des éléments de gauche anticléricale, tenterait de souiller la blanche soutane du nouveau pape. Dans le collimateur du Vatican, Pàgina 12 et son patron Horacio Verbitsky. Qui se défend vigoureusement.

 

Les vieillards du conclave ont désigné un vieillard comme patron. Peut-être sera-t-il leur Kroutchev ? Cet argentin imprévu, à 76 ans, a connu la dictature militaire. Il était dans ces sales années, provincial des jésuites*.

 

pape_iglesiaymilicos.jpg Ce qui est sûr, c’est que la hiérarchie de l’église argentine a non seulement fermé les yeux, mais approuvé le coup d’état de mars 1976. “Les principes qui régissent la conduite du général Videla sont ceux de la morale chrétienne. C’est un militaire de premier ordre et un catholique extraordinairement sincère et fidèle à sa foi”, a déclaré le vicaire et président de la Conférence épiscopale Argentine, Adolfo Tortolo, ajoutant que des “mesures dures et violentes” devaient être prises contre la subversion.

 

pape_Von_wernich.jpg Contrairement à l’église espagnole, les prélats argentins, dont Mgr Bergoglio, ont reconnu des défaillances de l’église – officielle, car de nombreux prêtres et religieux-ses, dont le seul crime fut d’être fidèle à Vatican II, ont été victimes de tortionnaires – pendant la dictature. Cependant, le seul prêtre condamné, Christian von Wernich, ex-aumônier de la police de Buenos Aires, avait été exfiltré au Chili où il officiait sous un faux nom. Et en mai 2007, alors qu’il ouvrait l’Assemblée plénière de l’épiscopat, son président, le cardinal Jorge Mario Bergoglio, a laissé entendre que le procès de von Wernich faisait partie d’une campagne de persécution calomnieuse envers l’institution religieuse.

 

C’est la même ligne de défense prise par le porte-parole du Vatican face au rappel par Pàgina12 de l’attitude de J. Bergoglio vis-à-vis de deux autres jésuites. Federico Lombardi, jésuite lui aussi, dénonce une campagne venant d'«éléments de la gauche anticléricale pour attaquer l’Eglise et [qui] doivent être rejetées». «Il n’y a jamais eu d’accusations crédibles à son encontre » concernant l’enlèvement la détention et la torture, pendant cinq mois, des deux jésuites Orlando Virgilio Yorio et Francisco Jalics. F. Lombardi ajoute que l’un des jésuites, Jalics, aurait co-célébré une messe avec J. Bergoglio, devenu évêque, à Buenos-Aires.

 

pape_mignone.jpg Horacio Verbitsky, contre-attaque dès le 17 mars avec « Cambio de piel ». Il rappelle que les premières accusations contre Bergoglio ont été formulées avant que son journal soit créé, par Emilio F Mignone. Mignone fut directeur de l’organe officiel de l’Action Catholique, Antorcha (Flambeau), fondateur de l’Union fédérale démocrate chrétienne et haut fonctionnaire pour l’éducation avant de devenir recteur d’une Université. Rien d’un gauchiste suppôt de guerilleros. Un fervent chrétien qui n’a pu exercer ses fonctions qu’avec la bénédiction de l’église.

pape-fille-de-mignone.jpg Sauf que sa fille, Mónica Maria Candelaria Mignone, à 5 h du matin, le vendredi 14 mai 1976, a été enlevée, torturée et a disparu, sans doute jetée à la mer. « Los militares limpiaron “el patio interior de la Iglesia, con la aquiescencia de los prelados » (Les militaires n’ont pu nettoyer l’arrière-cour de l’église, sans l’assentiment des prélats), écrit-il dans son livre Eglise et dictature. Un prélat, Vicente Zazpe, lui aurait révélé qu’il était convenu qu’avant d’arrêter un prêtre, les forces armées préviendraient son évêque. Pour Mignone, le fait que, pour refus de quitter le bidonville où les deux prêtres exerçaient leur ministère (manquement à l’obéissance), le Provincial leur ait retiré l’appartenance à la compagnie de Jésus, a été considérée comme une autorisation à leur arrestation. Bergoglio fait parti des “pastores que entregaron sus ovejas al enemigo sin defenderlas ni rescatarlas” (pasteurs qui ont livré leurs brebis à l’ennemi sans les défendre ni les délivrer).

 

Restriction mentale ?

 

pape_jalics.jpeg Le porte-parole du Saint-siège argue aussi d’une réconciliation entre Jalics et son ex provincial. Jalics, 85 ans, retiré dans un monastère allemand, a dit qu’il se sentait réconcilié avec « ces événements sur lesquels j’ai mis un point final ». En fait, il a pardonné à son prochain les offenses reçues, comme le recommande le Pater Noster. Dans un livre de 1994, il explique que leur présence dans les bidonvilles était interprétée comme un soutien à la guerilla. Et ces calomnies étaient relayées par une personne qu’il ne nomme pas. « Je suis allé parler à la personne en question et je lui ai expliqué qu’il jouait avec nos vies. » Personne qui l’a assuré qu’il allait rectifier le tir, pratiquant sans doute l’art de la restriction mentale. Car, Jalics affirme clairement, en s’appuyant sur le témoignage d’un officier et une trentaine de documents auxquels il a pu avoir accès, que cette personne a rendu « la calomnie crédible ».

Dès novembre 1977, à Rome, son collègue, Yorio,dans une lettre adressée à un haut responsable des jésuites, dit la même chose mais remplace “una persona” par Jorge Mario Bergoglio. Et il mentionne des racontars qui circulaient dans la compagnie de Jésus sur leurs prières bizarres, des relations avec les femmes, des liens avec la guerilla…

H. Verbritsky dit même avoir découvert un document qui prouverait que Bergoglio serait intervenu pour bloquer le renouvellement du passeport de Jalics, en 1979, avec les mêmes calomnies, notamment d’activités dissolues (« dissolvente »)   dans des congrégations féminines.

 pape-balcon.jpg

Le mécréant que je suis, s’il se sent le droit de rappeler les méfaits de l’église espagnole ou les tentations de cléricalisme des prélats français, n’a, en revanche aucune qualité (ni compétence) sur des questions qui relèvent de la vie interne d’une religion. Même si, pour l’avoir quelque peu pratiquée, il n’est pas totalement ignare. Mais l’église d’Argentine en tant qu’institution s’est gravement compromise avec la dictature militaire, avec aumôniers de l’armée ou de la police justifiant les assassinats dont furent victimes notamment deux religieuses françaises. Et, sauf à considérer, Yorio et Jalics, comme des affabulateurs, les accusations dont Jorge Bergoglio* a été l’objet ne sont pas que le fait d’une affreuse gauche anti-cléricale.

 

François, comme celui dont il se réclame, le povorello d’Assise, s’est peut-être défait non seulement des oripeaux de Jorge mais de sa vieille peau, pour en revêtir une nouvelle. Ou, ce qui est plus probable, en gardera-t-il les contradictions entre félonie et générosité, entre raideur doctrinale et sensibilité sociale. Monseigneur Jorge et Pape François… 

 

* Sobre la polémica de que evitó pronunciarse sobre los desaparecidos durante la dictadura militar en Argentina, cuando fue provincial de los jesuitas, admitió: “Tenía 36 años, (fue) una locura, había que afrontar situaciones difíciles y yo tomaba mis decisiones de manera brusca y personalista”. (http://www.lamujerdepurpura.com/2013/09/el-papa-rechaza-la-injerencia.html)

 

 

N.B. Cet article repose largement sur la traduction de « Cambio de piel » par M-S D-S, Maîtresse de conférences, émérite (ô combien !), qu'elle en soit vivement remerciée.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.