Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 16:17

Une enseignante-chercheuse (ou l’inverse) d’origine hispanique réagit à « On était prévenus ! » et apporte un témoignage :


Et oui, un gendarme pour deux habitants (si l'on met de côté les nourrissons terroristes). Cela me rappelle quelque chose. Jeudi dernier, je me trouvais place de la Sorbonne vers 18h, en compagnie d'une petite centaine d'étudiants et d'enseignants (plus les badauds), venus soutenir les collègues (Enseignants-Chercheurs et administratifs) qui avaient occupé ladite Sorbonne quelques heures plus tôt. Ambiance bon enfant, quelques slogans, des chansons. On était éparpillés sur toute la place lorsqu'on voit arriver plus d'une centaine de CRS (et gendarmes mobiles, m'a-t-on dit), qui bloquent les issues et nous encerclent avec leurs boucliers, leurs casques, et leurs matraques. De vrais robocops, quoi. Ils se rapprochent, nous reculons et finalement ils nous coincent tous dans un coin de la place. Là, on formait un attroupement et, du coup, ils nous ont expliqué qu'on troublait l'ordre public et nous demandent nos papiers. Les étudiants ont essayé un petit slogan gentillet: "On s'appelle tous Nicolas Sarkozy", mais les robocops nous serraient de plus en plus et, finalement, nous avons présenté nos cartes d'identité (y compris les badauds). Ils ont noté sur des bouts de papier merdeux nos noms et adresses.
Provocation stupide et gratuite, car une fois sortis du cercle on s'est tous retrouvé sur la même place, derrière les CRS à surveiller les contrôles, au cas où un étudiant un peu paumé aurait oublié sa documentation et se serait fait embarquer. Une fois l'opération terminée, ils se sont mis à jouer aux petits soldats de plomb: ils avançaient et nous faisaient sortir de la place, ils reculaient et on revenait. Pendant ce temps, on a vu arriver 10 minicars pleins de CRS et plusieurs paniers à salade "géants", sans doute pour embarquer les 150 "casseurs" qui se trouvaient à l'intérieur de l'édifice. Finalement, ils les ont fait sortir vers 21h, avec leurs cravates, leurs sacoches et leurs airs de vieux profs, ce qu'ils étaient pour la plupart, sous les applaudissements des trois pelés qui attendaient encore sur le trottoir de la place de la Sorbonne. Renseignements pris, pas de contrôle d'identité pour les occupants.
Quelques photos souvenir: http://www.flickr.com/photos/sorbonnemobilisee/sets/72157615869317259/show/

Ça, c'est une petite anecdote, qui montre néanmoins la ressemblance entre la France Sarkozyste et l'Espagne franquiste. Pour le reste, le malaise des enseignants, tout le monde s'en fout. Les politicards* de droite veulent faire passer leurs "réformes", quelles qu'elles soient, à n'importe quel prix et les politicards de gauche, toujours prêts à critiquer le gouvernement du bout des lèvres, sont sans doute trop flemmards pour se pencher sur un dossier un peu compliqué pour leurs petites cervelles. Je ne parle pas des médias, qui reproduisent les mensonges flagrants des ministres sur des "concessions" et des "reculs" inexistants, depuis 9 semaines. Y compris Le Monde, eh oui! http://www.fabula.org/actualites/article29887.php.
On n'arrête pas le progrès!


* Ce terme ne fait pas partie de mon vocabulaire (en tout cas pour désigner globalement femmes et hommes politiques, pour des cas bien précis, je ne dis pas) et la conclusion qui le suit semble un peu trop tranchée : sur le peu que je comprenne, la formation des futurs enseignants, Darcos, finalement, a reculé (peut-être pour mieux faire passer son projet demain, à moins qu’il n’ait sauté d’ici là). Comme disait Thorez, il faut savoir terminer une grève et cela passe aussi par des compromis !

 

Commentaires de l'enseignante-chercheuse sur cette notule : Je n'ai pas écrit que tous les hommes et femmes politiques sont des politicards. Certes, j'ai parlé des "politicards de droite" et des "politicards de gauche", cela veut dire simplement qu'il existe des politicards dans les deux groupes que j'a déterminé et, même si ce mot ne fait pas partie de ton idiolecte, il appartient à la langue française (vu que je ne suis pas "d'origine", j'ai vérifié). Cela dit, par les temps qui courent, j'ai envie de désigner par ce gros mot l'immense majorité des hommes et des femmes politiques que les Français moyens (d'origine ou pas) ont l'occasion de voir à la télé, entendre à la radio ou lire dans le journal (pardon pour l'anacoluthe). S'il ce ne sont pas des " Politicien(s) arriviste(s), sans scrupule." (Petit Robert), je ne comprends pas comment il peuvent se fiche royalement de la formation des jeunes. A moins que... la classe politique (ça, c'est la classe!) n'ait intérêt à ce que les universités professionnalisent à tout va, au lieu d'essayer de développer tant soit peu l'esprit critique de nos ouailles.
Et, à propos d'esprit critique, moi aussi je lis les titres de Le Monde (avant de la balancer à la poubelle). Il ressemble de plus en plus à la presse contrôlée par Franco. http://www.le-grand-barnum.fr/nicolas-sarkozy-la-destruction-de-luniversite-et-le-cholera-mental-du-journal-le-monde/
Dans les faits, Pécresse réécrit son décret en changeant la place des virgules et Darkosy n'a pas reculé d'un centimètre: il maintient le contenu des concours pour un an, mais il n'arrête pas le rouleau compresseur de la mastérisation (dont tu connais les effets pernicieux). Les candidats qui seront reçus au concours l'année prochaine n'auront pas leur stage payé. Il feront, après, une année de master 2 et donc paieront une année de plus d'études avant de valider le concours (s'ils le valident). Ceux qui auront le master sans avoir le concours pourront toujours chercher des CDD pour boucher les trous. La course à la privatisation de l'enseignement publique est ouverte et, bien sûr, cela ne provoque pas la joie de tout le monde. 

 

PS Dans un autre genre un exemple flagrant de violation de l'état de droit par des responsables du Muséum d'Histoire naturelle (Jardin des Plantes) : http://horreurecologique.blogspot.com/2009/03/au-jardin-des-plantes-il-est-desormais.html

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Mises au clair
commenter cet article

commentaires

Jean georges 31/03/2009 20:29

Je suis passé hier place du panthéon, il faisa&it beau, des centaines de gamins attendaient devant les grilles leurs tour pour visiter, avec leurs profs attentifs, Plusieurs dizaines d'étudiants étaient assis sur les marches tranquilles, sur la terrasse de la brasserie ( en face la BNP) toutes les tables étaient occupées par des clients et surtout de jolies clientes, bref! la France quoi, la vraie, celle que j'aime. J'ai pas terminé, mais voilà que devant la Mairie du v° ( chère au couple fameux pour ses fréquentations des tribunaux, liées à leurs frasques électorales) voilà qu'à cet endroits pas moins de cinq voitures de police portières ouvertes, avec un homme armé dans chaque et une quinzaine de gros bras en uniformes scutant le parvis, cela m'a rappelé la Costa Brava dans les années 70. Une petite différence les gens devant les flics ne baissaient pas la tête, mais au train où ça va cela ne saurait tarder.

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.