Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 15:13

Nicolas Sarkozy qui n'a pas été un élève brillant, fut aussi un étudiant médiocre. Cette médiocrité, mal ressentie par le vindicatif personnage, explique peut-être sa maladive hantise de La Princesse de Clèves ou ses paroles gratuitement provocatrices envers les universitaires. Expliquerait aussi un CV quelque peu gonflé !

 

On se souvient de la véritable animosité que voue l'ado attardé qui fait président à La Princesse de Clèves. Ainsi, le candidat, dans un meeting lyonnais s'épanchait : « Dans la fonction publique, il faut en finir avec la pression des concours et des examens. L'autre jour, je m'amusais, on s'amuse comme on peut, à regarder le programme du concours d'attaché d'administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d'interroger les concurrents sur La Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu'elle pensait de La Princesse de Clèves... Imaginez un peu le spectacle ! En tout cas, je l'ai lu il y a tellement longtemps qu'il y a de fortes chances que j'aie raté l'examen ! » Précisons pour les non spécialistes de la fonction publique que les « Attachés » ont des postes d'encadrement et qu'on en croise donc aucun  aux guichets. Devenu Président, il remettra cela dans un discours des plus officiels sur la modernisation des politiques publiques et la réforme de l'état où il préconisait, pour améliorer la qualité de vie du fonctionnaire (sic) il valait mieux reconnaître le mérite, l'expérience, etc. que de « faire réciter par cœur La Princesse de Clèves » (ce « par cœur » relève à l'évidence du mensonge gratuit).

L'explication de cette obsession, il la donnera devant des animateurs bénévoles d'association : avoir fait du bénévolat, explique-t-il, devrait être une expérience reconnue par les concours administratifs, car après tout, "ça vaut autant que de savoir par cœur 'La Princesse de Clèves'". Après un silence, il ajoute : "Enfin... j'ai rien contre, mais enfin, mais enfin... parce que j'avais beaucoup souffert sur elle." Ce chef d'œuvre du XVIIème siècle serait-il donc à l'origine de son redoublement au lycée Chaptal de Neuilly ?


La même explication autobiographique est avancée par un professeur d'université* pour expliquer le ton acrimonieux et les propos méprisants envers les universitaires, le 22 janvier 2009. Propos en partie improvisés, dans la syntaxe approximative qu'il emploie dès qu'il sort du texte écrit par ses nègres.

« Les sociologues savent bien que les jugements en disent souvent plus sur leurs auteurs que sur les choses dont ils parlent. Or les études de Nicolas Sarkozy n'ont pas été si brillantes ni spécialisées qu'elles l'autorisent à juger de haut les questions d'orientation scolaire et de pédagogie. Par contre, elles ont été assez médiocres pour nourrir son ressentiment personnel qui, en affinité avec l'humeur anti-intellectuelle des milieux qui le soutiennent, explique largement la « petite guerre » faite aujourd'hui aux scientifiques et universitaires.»


N. Sarkozy, si l'on en croyait les sites officiels (Conseil Général des Hauts de Seine, Ministère de l'Intérieur...), aurait une Maîtrise de Droit Privé, un certificat d'aptitude à la profession d'avocat, serait ancien élève de l'Institut d'Etudes Politiques (Sciences Po), et aurait obtenu un DEA de sciences politiques avec mention.


« La mention [d'élève] à l'IEP de Paris est problématique puisque Nicolas Sarkozy n'y a pas poursuivi ses études jusqu'au bout comme il est aisé de le vérifier dans l'annuaire des anciens élèves. Or, selon les usages, le titre d'ancien élève ne vaut que pour les diplômés. Il fut donc abandonné. Toutefois, le site de l'Elysée porte toujours cette indication lapidaire : Institut d'Etudes Politiques de Paris (1979-1981). »


Une certitude cependant : l'étudiant Sarkozy a bien décroché son certificat d'aptitude d'avocat en 1980 avec la note de... 10/20 !


Le « avec mention » qualifiant le DEA fera ricaner tous ceux qui savent que tout diplôme universitaire obtenu comporte au moins une « mention passable » (ceux qui ont eu une mention plus honorifique - bien, très bien, etc. - la mentionnent explicitement).

Et pour l'obtention même de ce Diplôme d'Etudes Approfondies (DEA) de sciences politiques, censé avoir été passé à l'université Paris X Nanterre, c'est des plus problématiques.

« Sauf la même défaillance de mémoire des professeurs exerçant en 1979 dans le DEA de sciences politiques de Paris X Nanterre, Nicolas Sarkozy n'a pas obtenu son diplôme. Une petite enquête se heurte à la page noire du réseau intranet de l'université. L'auteur de ces lignes* a alors adressé une demande écrite à la présidence de l'université qui a confirmé que le service de scolarité disposait bien d'un document certifiant l'obtention du DEA. Il restait à vérifier avec la pièce qui fait foi en la matière, à savoir le procès verbal de délibération, document autographe au format A3, difficile à contrefaire. Le candidat apparaît bien dans le procès verbal de la première session : il est « ajourné » car absent de l'épreuve écrite terminale et n'ayant pas rendu son mémoire. Il restait à consulter le procès verbal de la deuxième session. Or, le procès verbal a disparu des archives de l'université. Il est même le seul procès verbal manquant de toute l'existence du DEA. »


* Alain Garrigou Professeur de science politique à l'université de Paris X Nanterre

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Mises au clair
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.