Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 16:56
Pourquoi ? Ô ! Mes amis dites-moi pourquoi…

Pas un coin de souriante campagne où les peintres du dimanche posent leur chevalet…

 

Pas une seule enclave de naïve nature où poussent en liberté des plantes réputées sauvages…

 

Pas un seul de ces hectares de bonne terre où, paisibles, paissent des moutons et des bœufs blancs…

 

Pas un mètre carré d’arides garrigues où des troupeaux de chèvres grignotent des arbustes griffus…

 

Pas un sillon de ces labours, tranché par d’antiques charrues et où s’impriment les sabots de lourds chevaux…

 

Pas un pré de moine soigneusement cadastré où l’âne de la fable céda pour son malheur à la tentation…

 

Pas  la moindre parcelle de blé émaillée de coquelicots et de marguerites que les petites filles cueillent pour la maîtresse…

 

Pas un grain de sable posé par le vent sur les dunes des déserts où vont des hommes bleus sur leur dromadaire…

 

Pas un champ de pierrailles et d’argiles recuites où des serpents et des lézards se faufilent sous d’atroces soleils…

 

Pas la plus petite étendue de savane où se pavanent des animaux de cirque, de la Prairie où couraient les bisons du cinématographe, de la steppe où des lynx au regard froid guettaient leurs malheureuses proies…

 

Pas une haie bordant de verts bocages, pas un petit chemin qui sente la noisette, pas un sentier s’enfonçant sous les frondaisons, pas une route traversant une plaine radieuse et prospère.

 

Pas un trou de verdure, pas une forêt, pas un taillis, pas un arbre, pas une plage, pas une île, pas une colline, pas un coteau, pas une montagne…

 

Oui, mes amis, nul endroit qui ne fût au cours des siècles ravagé, dévasté, défoncé, éventré, à jamais défiguré.

 

Pas une cité, pas un village, pas un hameau, pas une paillote, pas une étable qui n’aient été brutalement démolis, détruits, incendiés…

Pas un océan, un bras de mer, une rivière, un étang que n’ait teinté le sang d’hommes et de bêtes massacrés.

 

Pas le plus humble des refuges, l’asile le plus sacré, la plus modeste place d’un marché de village qui n’aient connu le bruit des bottes, le galop de montures caparaçonnées, le tintamarre des épées, le cliquetis des fusils, le crépitement des mitraillettes, le tumulte des canons, le fracas des bombes, le déferlement des panzers, le vrombissement des avions,  le feu du ciel, du phosphore et du napalm…

 

Pas un endroit, encore une fois, pas un lieu si reculé soit-il, si loin, croyait-on du théâtres dit des opérations, qui ne se soit vu un beau jour, une cruelle nuit, traversé, piétiné, envahi, anéanti par des reitres, des sbires, des mercenaires, des janissaires, des uhlans, des légionnaires, des Mamelouks, des samouraïs, des miliciens, des régiments mis au pas, des hordes farouches, des traîneurs de sabre, des soldatesques déchaînées, des barbares hirsutes surgis de tous les horizons…

 

Pourquoi ? Ô ! Mes amis, dites-moi pourquoi ?

 

Yoland Simon

Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 16:29

S’envoler

                    juste pour la saveur de l’ailleurs

                    sans l’onde d’un remord

                    et sous l’aile du levant.

            L’Inde , une nouvelle planète

Au retour de l’ailleurs

                     je pense aux chevaux des frises de Mandawa

                     le poitrail bombé vers des conquêtes

                     tandis que du haut des terrasses des havélis 

                     des enfants dirigent leur cerf-volant solitaire.

La route de la soie est devenue muette

                      délaissée par ceux qui préférèrent la mer

                      aux pistes de poussières millénaires.

                      Reste la corrosion du temps.

Je pense à l’ocre jaune de la citadelle de Jaisalmer

                       masse crénelée abritant des temples de dentelles.

                       Quand la pierre protège et défend autant qu’elle sait émouvoir.

 

Plus élevés que l’homme debout

                       les naseaux pointés vers l’horizon

                       les dromadaires ont des réserves d’eau de constance et de sagesse.

Je pense à ces épices intenses

                       enflammant chaque met

                       à ce plaisir nouveau entre la fulgurance d’un arc électrique

                       et le dévoilement d’un autre univers.

Foules en déplacement

                          Tuks-Tuks têtus et tenaces

                          s’insérant  entre des hordes de camions

                          scooters élaborant des stratégies de contournement

                          dans une forêt de klaxons dépareillés                  

                          et la cohue qui cependant respecte toute vie.

Je pense à la valeur de l’eau

                          aux marbres taiseux des palais

                          emprisonnant l’univers des rivalités sanglantes

                          même lorsque le vent se lève pour espérer la vie.

Amber aux miroirs sertis

                          dans la toute puissance de sa forteresse

                          et le goût du raffinement

                          sous les pas lourds des éléphants.

Dans le tourbillon du trafic

                           je pense à toutes les nonchalances

                           celles sacrées des vaches

                           et des chiens assoupis en bord de route.

                           Sous les ponts rôdent, grises, les misères.

                           Un matin, le soleil commençait seulement

                           à éclairer les remparts du City Palace d’Udaipur

Je voudrais comprendre les pensées des autres

                            de ceux de l’ailleurs, penser leurs pensées

                            et me perdre dans le nuage blanc du Taj-Mahal.

 

 

                             Janvier 2019.  François Déron

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.