Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 14:29

Le bruit court, dans les allées du pouvoir, que le nombril sur talonnettes, notre Sarkocescu, appellerait Claude Allègre, l'ami de trente ans de Jospin, un des plus calamiteux ex-Ministre de l'éducation nationale, à rejoindre un gouvernement remanié.

 

Occasion de se remémorer un des premiers exploits de Sa suffisance, à l'époque tout frais nommé à la direction de l'Institut de physique du globe, dont Haroun Tazieff était chef du service de vulcanologie.

 

1976 : le volcan de la Soufrière en Guadeloupe se réveille ! En fait, dès l'année précédente une sismicité anormale avait été notée. Mais en mars 1976, la Soufrière s'agite de plus en plus. Si bien que le 30 mars 1976, Haroun TAZIEFF arrive en Guadeloupe et fait le point avec les élus les jours suivants. Il y tient ses premiers propos apaisants : il n'est pas sûr, selon lui, que la crise sismique débouche sur des manifestations de surface et même dans ce cas, un cataclysme serait peu probable. Il dénonce cependant les moyens totalement insuffisants : « l'équipement instrumental se réduit à un réseau de sismographes, leur équipement « cérébral » à un aide physicien de l'IPG, entouré de 2 ou 3 techniciens mais intellectuellement tout à fait isolé. » Il affirme que cette équipe, n'ayant aucune expérience des éruptions, sera totalement incapable de donner un avis aux autorités responsables en cas de réveil de la Soufrière.

Le 8 juillet 1976  une explosion sur la Soufrière plonge Saint-Claude dans l'obscurité pendant 20 minutes (nuage et retombées de cendres). Panique de la population qui quitte la zone spontanément. Les autorités mettent en place une régulation de la circulation, et entre 9h et 11h, près de 25.000 personnes quittent ainsi Basse-Terre pour la Grande-Terre. Haroun Tazieff, de retour avec toute une équipe, fera l'ascension de la Soufrière avec Olivier Stirn, secrétaire d'état aux DOM-TOM pour prouver l'absence de danger : « ce qui se passe actuellement à la Soufrière, ce sont des éruptions phréatiques, très impressionnantes d'accord mais on ne doit pas s'en alarmer [...] vous verrez peut-être des choses aussi effrayantes que celles du 8 juillet, peut-être pire [...] ne vous affolez pas. »

 

Claude Allègre est nommé Directeur de l'IGP le 8 août, ce géochimiste est un spécialiste de la tectonique des plaques ; c'est un éminent scientifique de laboratoire, pas de terrain.

 

La situation s'aggrave en Guadeloupe au point qu'un spécialiste anglo-saxon, John Tomblin, recommandé par Tazieff en mission en Equateur, préconise l'évacuation (73 000 personnes).

 

Haroun Tazieff de retour, fin août, bien que légèrement blessé par des projections de pierres dans l'ascension du volcan où Allègre l'accompagnait, maintient son diagnostic. Son nouveau directeur sera d'un avis contraire en affirmant qu'il y avait « 80 % de roches magmatiques » ! Affirmation qui se révélera totalement infondée. L'évacuation est maintenue pour un mois. Il annonce, par ailleurs, qu'il supprime le service de vulcanologie dont Tazieff est le chef. En réplique, celui-ci dénie toute compétence vulcanologique au professeur  Allègre. Il considère comme pure mise en scène le dispositif de sécurité des scientifiques et soutient que la population peut sans danger travailler et habiter dans la zone évacuée.

 

Ce n'est qu'à mi-novembre 1976 que Basse Terre retrouve sa totale activité et il faudra attendre janvier 1977 pour que les écoles s'y réimplantent !

 

F. Beaucudel, Directeur et Responsable Scientifique de l'Observatoire Volcanologique et Sismologique de Guadeloupe [2001-2007], expliquera, avec un recul de 30 ans que le diagnostic juste de Tazieff était fondé sur des données partiellement erronées. Neuf ans plus tard, lors d'un épisode volcanique en Colombie, Tazieff eut à nouveau raison contre un de ses antagonistes de la Soufrière, en prédisant un cataclysme qui se traduisit par 25 000 morts, démontrant ainsi que l'expérience du terrain était indispensable.

 

On ne peut reprocher à Allègre une prise de position inspirée d'un « principe de précaution » avant la lettre (bien que son coût économique a été énorme).

 

Mais, en bon scientifique, il eût dû se contenter de constater son erreur. Non, ayant eu tort, il vira Tazieff de l'IGP pour avoir eu raison contre lui, LE CHEF ! Tout Allègre est déjà là, dans cet épisode.

 

Source : http://www.ipgp.jussieu.fr/~beaudu/soufriere/forum76.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.