Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 21:20

Association d'idées ? Ce tour de France que je ne prise plus - où sont les Bartali et les Copi, les Robic et les Bobet, les Kubler et les Koblet, les Bahamontes et les Gaul, Anquetil et Poulidor... - m'a rappelé cette formule qu'emploient quelques uns de mes ex collègues : on a la tête dans le guidon. Pour dire qu'ils sont débordés, surbouqués, stressés... Et que les niaiseries gauloises dont je les accable - moi l'oisif parasitaire - voire les références, liens, articles, messages dont je les abreuve - moi le parasite oisif - ils n'en ont que faire.

Ce n'est heureusement - je l'espère - qu'une mauvaise image. Car pour un chef d'établissement le diriger la tête dans le guidon serait aller droit dans le mur. C'est aussi, assez clairement, signifier au non-actif que l'on n'a pas le temps de s'intéresser aux réflexions qu'il propose et encore moins de distraire une parcelle d'un temps si précieux à des insanités qui se veulent distrayantes.

 

Tout cela comme si ce fameux oisif n'avait pas, lui aussi, pendant quelques lustres, avant d'obtenir son inscription dans le grand livre de la dette, gage de versements de la pension, été à la tête d'établissements (certes plus modestes, moins exposés, planqués pour tout dire).

 

Il est vrai que, dans cette profession, il est difficile de mesurer la charge de travail : le(la) principal(e) d'un mini collège sans adjoint, qui doit jouer l'homme(la femme) orchestre est-il, dans son environnement rural, plus privilégié que le proviseur d'un beau lycée de centre ville, véritable chef d'état-major ? le principal d'un collège moyen avec internat a-t-il moins de stress que celui d'un plus gros collège ZEP ? Poser le problème montre son absurdité car on peut multiplier les comparaisons à l'infini... sans parler de situations locales internes ou externes qui peuvent pourrir un poste !

 

Reste le dernier argument. Comme le niveau des élèves ne cesse de baisser, la situation ne cesse d'empirer pour les chefs d'établissement.

Sur le niveau, globalement comme aurait dit Georges Marchais, c'est faux. En revanche, pour la direction des établissements des éléments objectifs inclinent à le penser. Les proviseurs doivent gérer, d'année en année, des mouvements lycéens. Tous, proviseurs et surtout principaux, sont confrontés à une baisse drastique des moyens humains qui ne fait que commencer. L'empilement des lois et décrets sécuritaires n'a absolument pas changé le climat de certains quartiers et, ici ou là, la situation se détériore. Le consumérisme scolaire gagne du terrain socialement et géographiquement et ce qui se joue sur la carte scolaire ne fait qu'aggraver les choses...

Les personnels de direction ont donc de bonnes raisons d'avoir le moral dans les chaussettes !

 

Mais ils ont d'autant plus besoin de sortir la tête du guidon. Par hygiène mentale - et presque physique - d'abord : un stage ou un séminaire avec des collègues de divers horizons, un colloque d'une association vont permettre de se décentrer, de mettre en perspective et aussi, tout bêtement de décompresser. Prendre au moins, quelque soit la pression du quotidien, les urgences qui s'accumulent, chaque jour, le temps d'ouvrir l'expresso du café pédagogique et de jeter un coup d'œil à une revue de presse, et de temps en temps, prendre aussi le temps de vivre, pour arrêter un peu de courir après un temps qui manquera toujours.

 

Bon, j'arrête de jouer le Père Hampe-Thouars, le donneur de leçons de toute façons récusé puisque n'ayant plus les mains dans le cambouis.

Et je souhaite à ceux qui vont rejoindre nos rangs de pensionnés une excellente et active retraite*. Et aux autres qui sont encore sur la brèche, d'excellentes vacances où, s'ils s'adonnent aux joies de la pédale, ils auront le temps de regarder le paysage.

 

* Avec un amical clin d'oeil à l'un d'entre eux, dont on peut être sûr qu'il sera un retraité actif et qui n'a jamais gardé la tête dans le guidon, Gérard Chemit. Ce plasticien, photographe, lancé dans des initiatives humanitaires, fut aussi un chef d'établissement dynamique !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.