Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 20:38

cancreprevert

« Puisqu’il n’existe pas  de  preuve  sérieuse  de  l’efficacité  du  redoublement,  la  profession  enseignante  devrait abandonner  cette  pratique  comme  jadis,  les  médecins  ont  délaissé  les  saignées  et  les purges. » Marcel Crahay


Il ne s’agit pas de « refaire le match ». Le nom de la rose, comme titrait Libé, a été désigné. Mais une évocation incidente du redoublement, lors du dernier débat des impétrants, permet de se pencher sur ce mal français, coûteux en euros, mais surtout en gâchis humain qu'est le redoublement.


Un logorrhéique contributeur du + du nel Obs, soi-disant « modem », a attaqué avec mépris Martine Aubry qui se serait « pris les pieds dans le tapis » sur le problème du redoublement.


Lors du dernier débat de la primaire, Aubry avait à l’évidence voulu essayer de mettre Hollande en difficulté en lui disant, en substance, tu promets de créer 60 000 emplois d’enseignants sur 5 ans (coût 2,5 miliiards) et en même temps « tu disais, je supprimerais le redoublement, ça coûte 2,5 milliards », donc en fait « on n’embauche pas d’enseignants complémentaires ». Hollande n’a pas remis en cause le coût estimé du redoublement* par sa concurrente. Mais, il remet l’équation dans le bon sens, de son point de vue, ce sont les emplois créés qui, à terme, permettront de faire baisser significativement les redoublements.


cancreNotre modem accuse assez niaisement Aubry d’assimiler le coût du redoublement aux frais de personnels. Oubliant qu’il s’agit, dans ce débat, des dépenses de l’état qui correspondent presqu’uniquement à des dépenses de personnel (le surcoût en équipement, locaux, etc. relève des collectivités territoriales). « Si les redoublements coûtent si cher, c'est parce qu'ils allongent la scolarité des élèves et augmentent le nombre de professeurs. » (Le Monde). A jouer au donneur de leçon, on se prend les pieds dans le tapis de sa suffisance.


Hollande, en revanche, commettrait une erreur en croyant qu’il suffit d’augmenter le nombre de profs pour faire baisser le nombre de redoublants. Car le culte du redoublement est ancré dans le système scolaire français. La baisse des effectifs ne suffira pas. Ce sont des mentalités qu’il faut changer.


Le redoublement, ce mal français, frappe les enfants des catégories sociales modestes : un enfant d’ouvrier a 8 fois plus de risques de redoubler qu’un enfant de cadre ou d’enseignant, risques plus élevés pour ceux issus de famille nombreuse ou monoparentale et les garçons sont plus touchés par ce mal que les filles. Toutes les études le démontrent « Redoubler est inefficace, pénalisant, coûteux et injuste. » Marie Duru-Bellat.


cancre 1Cependant, il ne sert à rien d’augmenter les moyens si les comportements des enseignants vis-à-vis des élèves en difficultés n’évoluent pas.

« Avec ces dispositions nouvelles [réduction significative des effectifs de CP dans une expérience de lutte contre l’illettrisme], les difficultés rencontrées par les élèves ne peuvent plus être attribuées aux conditions de l’enseignement. En revanche, leur mise en œuvre met en évidence qu’il ne suffit pas de multiplier les moyens d’enseignement pour que les difficultés soient évitées ou surmontées…  Même  dans  les conditions  très  favorables  dont  disposaient  les  classes observées, la prise en compte de la diversité des élèves n’est pas sensiblement améliorée. Si certains maîtres savent être attentifs aux erreurs et, par une intervention tenace et rigoureuse, éviter  qu’elles  ne  s’enkystent,  l’approche  de  la  différenciation  indispensable  est  loin  d’être réellement dominée. Il n’est pas rare qu’on demeure en permanence dans un travail frontal, sans essai de prise en compte des réalités individuelles.»  Inspection générale de l’Education nationale, La mise en œuvre du plan de prévention de l’illettrisme au cours préparatoire en 2003-2004. Groupe de l’enseignement primaire, mai 2004. (cité dans un rapport sur le redoublement de 2004, pour le Haut Conseil à l’évaluation de l’école).

 

Faire bouger les mentalités est moins facile que de créer des emplois. Ces créations d’emplois peuvent même aggraver la situation si on ne rétablit pas une véritable formation professionnelle initiale et continue. C’est la priorité des priorités. N’en déplaise à tous les pourfendeurs de pédagogos, les Finkielkraut, les Julliard, les Capel, etc., ce n’est pas en proférant leur savoir du haut de la chaire que les enseignants prendront à bras le corps le problème des élèves ayant des difficultés. Des dispositifs de pédagogie différenciée sont indispensables pour une école de la réussite pour tous.

 

* Le Monde, nuance fortement les chiffres avancés : pour la création d’emplois il s'agirait plutôt de 7,5 milliards d'euros sur cinq ans, quant au coût du redoublement, il le chiffre plutôt à 2 milliards annuels, donc 10 Md sur cinq ans.

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Actualité éducative
commenter cet article

commentaires

Bernardoc 19/10/2011 14:12


"Mélenchonnien" de base, et 100% d'accord avec toi.


Le PPAG 19/10/2011 00:19


Bravo JFL, ce post t'honore.
complètement d'accord sur le fait qu'augmenter le nombre d'enseignants ne suffit pas à résoudre la crise de l'école. Mais ce n'est pas un problème de mentalité, c'est un problème de formation
professionnelle, et c'est un problème de conception globale de l'enseignement. Le jour où on supprimera les notes (mais pas l'évaluation)et où on instaurera des unités de valeur disséminés tout au
long du cursus scolaire, on aura fait un grand pas vers une école de la réussite pour tous (et pas seulement pour les élèves, dits les "meilleurs", qui n'ont pas besoin des profs pour ça, et pas
seulement pour les élèves en difficulté, à qui resservir la même soupe ne la rend pas plus comestible!).
Tous les chercheurs s'accordent pour penser cela depuis 30 ans, mais il y a collusion entre les politiques et le syndicat majoritaire pour ne rien changer: cherchez l'erreur!


Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.